Le sport : un nouveau médicament ? Coeur : "L'activité physique améliore tous les facteurs de risque cardiovasculaire"

Les maladies cardiaques forment la première cause de décès dans le monde et la seconde en France. On estime que la France compte 11 millions d'hypertendus traités et que 6 millions de personnes prennent des médicaments contre le cholestérol (statines). L'hypertension artérielle (HTA) et le taux de mauvais cholestérol sont les principaux indicateurs du risque cardiovasculaire. L'activité diviserait par deux le risque d'hypertension chez les patients ayant une pratique régulière. Quant au cholestérol, il est prouvé que la quantité d'activité plus que son intensité est proportionnelle à une amélioration du profil lipidique.

les résults de l'enquête : le cholestérol.
Les résults de l'enquête : le cholestérol. © Journal des Femmes / Magali Talneau

Que vous inspirent ces résultats ?

Pr Yves Juillière, cardiologue et vice-président de la Société française de cardiologie : Ces chiffres m'étonnent, je pensais que les Français étaient plus nombreux à connaître les bénéfices de l'activité physique pour la santé en général, et pour ces marqueurs du risque cardiovasculaire en particulier. Vu les campagnes de prévention diffusées dans les médias, je pensais qu'ils savaient qu'au moins 30 minutes d'activité physique modérée par jour étaient recommandées, même s'ils en font souvent moins. Mais les messages de prévention primaire, c'est-à-dire qui concernent le grand public en bonne santé, sont les plus difficiles à faire passer. Les Français se sentent moins concernés par la nécessité de bouger que lorsqu'ils souffrent d'une maladie chronique, ou lorsqu'ils ont déjà eu un accident cardiovasculaire.

Pour en revenir à mon domaine de spécialité, il est vrai que les patients pensent souvent qu'une maladie cardiovasculaire signifie la fin de tout effort pour éviter l'accident ! C'est tout le contraire.

Vous dites que l'on peut pratiquer une activité après un accident cardiaque ?

Y. J. : Bien sûr. En cas d'infarctus du myocarde par exemple, l'activité physique ne peut être reprise dans le mois suivant l'accident, mais par la suite elle est à envisager sérieusement avec le médecin. Et il en va de même pour l'insuffisance cardiaque et toutes les pathologies cardiovasculaires, excepté l'anévrisme aortique qui peut demander des précautions particulières selon son type.

Pratiquée de façon modérée et régulière, l'activité diminue la morbidité, c'est-à-dire le risque d'une hospitalisation ou de récidive d'un accident, et améliore la qualité de vie du patient. Toutefois, une activité modérée ne sera pas la même d'une personne à l'autre. Elle doit être adaptée en fonction de sa capacité personnelle, en étant toujours pratiquée de façon très progressive pour acquérir une endurance.

les résultats de l'enquête : l'hypertension artérielle.
Les résultats de l'enquête : l'hypertension artérielle. © Journal des Femmes / Magali Talneau

Quels sont les bénéfices reconnus de l'activité physique sur l'hypertension artérielle et le cholestérol ?

Y. J. : L'activité physique améliore tous les facteurs de risque cardiovasculaire. Elle permet de contrôler son chiffre tensionnel, de faire baisser son taux de mauvais cholestérol et d'augmenter son taux de bon cholestérol. Lorsque le patient présente déjà des troubles cardiovasculaires, l'activité permet une meilleure prise en charge des pathologies.

Progressivement, l'activité physique fait baisser le poids et régule l'alimentation. Les constantes biologiques s'améliorent et la tension artérielle diminue. Une activité physique régulière permet d'avoir une fréquence cardiaque plus lente, ce qui permet de vivre plus longtemps.

Comment incitez-vous les patients à faire de l'activité physique malgré leur maladie ?

Y. J. : Je questionne les patients sur toutes leurs activités quotidiennes, en particulier s'ils ne pratiquent aucun sport. Du jardinage et du bricolage peuvent faire office d'activités physiques régulières ! Je leur explique que c'est important et les encourage à poursuivre les activités qu'ils apprécient.

Sommaire