Sida : vivre mieux et plus longtemps Le VIH, comment ça marche ?

le vih s'infiltre dans certains globules blancs pour se multiplier. petit à
Le VIH s'infiltre dans certains globules blancs pour se multiplier. Petit à petit, il détruit ces globules blancs. © Dreaming Andy - Fotolia.com

VIH, séropositif, sida : difficile parfois de s'y retrouver et de comprendre vraiment ce qui se passe dans le corps, comment apparaît la maladie et quels en sont les symptômes.

Le vrai nom du virus, c'est le VIH, pour Virus de l'immunodéficience humaine (HIV en anglais). C'est lui qui est responsable de la maladie. Il n'est pas contagieux, c'est-à-dire qu'il ne peut pas s'attraper simplement à l'air libre, en discutant avec une personne infectée. En revanche, il est transmissible, dans certains cas précis, si l'on se retrouve en contact avec le sang ou les sécrétions sexuelles d'une personne infectée. 
Le VIH est particulièrement dangereux parce qu'il s'attaque à notre système immunitaire. En fait, sa structure lui permet d'infecter et de détruire certains globules blancs, les lymphocytes T4. Il possède sur la membrane qui l'enveloppe une protéine qui lui sert de clé pour s'introduire dans le lymphocyte. Grâce à tous les éléments présents à l'intérieur du globule blanc, le VIH peut se reproduire en plusieurs exemplaires. C'est ainsi que le virus se multiple rapidement.

Maladies opportunistes
On parle de séropositivité lorsque l'on a fait un test de dépistage du VIH et que l'on a trouvé des anticorps anti-VIH dans le sang : cela signifie que notre organisme a été en contact avec le virus et qu'il a tenté de le combattre. En vain, dans le cas du VIH, puisqu'une fois qu'il est installé, personne, pour l'heure, n'a été capable de le déloger.
S'il n'est pas détecté et qu'il continue à proliférer, le VIH va finir par faire baisser le taux de lymphocytes T4 dans le sang. En temps normal, chez un individu en bonne santé, ce taux doit être au-dessus de 500 lymphocytes T4/mm3 dans le sang. Lorsque ce taux baisse, le corps est exposé à toutes sortes de virus contre lequel il ne pourra plus se battre. En-dessous de 200 LT4/mm3, de multiples infections commencent à se développer : ce sont les maladies opportunistes, qui profitent de la faiblesse de l'organisme pour s'introduire et se développer. C'est alors que l'on parle de sida, une fois que la maladie est déclarée. Sida, c'est l'acronyme pour syndrome d'immunodéficience acquise.
Parmi ces maladies opportunistes, les plus courantes sont : 

 La pneumocystose, qui s'attaque aux poumons. Elle est due à un microorganisme qui circule couramment dans la population. Mais contre lequel les malades du sida ne peuvent pas lutter. Les symptômes sont une toux sèche, une forte fièvre et une dégradation de l'état général.
 La toxoplasmose cérébrale : il s'agit un abcès cérébral. Les symptômes varient selon l'endroit où il est situé : perte de la vue, hémiplégie, etc.
 Le cytomégalovirus : ses symptômes peuvent s'apparenter à ceux d'une mononucléose. Le patient éprouve une grande fatigue, est fièvreux, a des douleurs musculaires importantes, des maux de tête pouvant aller jusqu'à une méningite...
 Le sarcome de Kaposi, ces fameuses tâches brunes sur la peau, aujourd'hui si étroitement associées au sida. Parfois la maladie de Kaposi s'attaque également aux poumons, avec des conséquences beaucoup plus graves.

Sommaire