Sida : vivre mieux et plus longtemps Comment se déroulent le suivi et la trithérapie ?

la première consultation permet de faire le point sur la situation physique mais
La première consultation permet de faire le point sur la situation physique mais aussi psychologique et sociale du patient. © Kzenon - Fotolia.com

Vous venez d'être diagnostiqué séropositif et vous vous demandez quelles vont être les étapes de votre prise en charge.

"La première consultation, très longue, vise à faire un état des lieux complet de la santé du patient, autant sur le plan physique que psychologique et social", explique le Dr Karmochkine, spécialiste du VIH qui officie à l'hôpital européen Georges-Pompidou à Paris. Cette consultation a lieu dans un service spécialisé dans la prise en charge des personnes séropositives, généralement au sein d'un hôpital.
Si le patient a été diagnostiqué en l'absence de symptômes, il y a de bonnes chances pour que le traitement ne commence pas tout de suite. "Sauf exception, entamer une thérapie contre le VIH ne se fait pas dans l'urgence, explique Marina Karmochkine. On prend le temps d'expliquer au patient ce qu'est un traitement antirétroviral, quels peuvent être les effets secondaires, etc. On n'entamera le processus que lorsque les défenses immunitaires commenceront à baisser." Dans tous les cas, le patient sera suivi très régulièrement, tous les quelques mois, plus si besoin. Un suivi psychologique est souvent également souhaitable.

Trithérapie

Lorsque les défenses immunitaires commencent à baisser, c'est l'heure des premiers médicaments. Petit retour en arrière : en 1987 apparaît le premier médicament destiné à lutter contre le sida, l'AZT. Il vise à enrayer la chute du nombre de lymphocytes T4. Mais il s'avère peu efficace seul et doublé d'effets secondaires désagréables du type nausées ou diarrhée. Moins de dix ans plus tard, en 1996, les premières trithérapies débarquent et c'est la révolution ! 

En associant trois médicaments, les médecins parviennent à faire baisser la charge virale (la quantité de virus dans le sang) jusqu'à rendre le VIH indétectable. "Ces médicaments agissent sur des enzymes indispensables au virus, explique le Dr Karmochkine. Ainsi, le VIH est bloqué dans son évolution, il ne peut plus se développer ni faire baisser le nombre de lymphocytes T4." L'arrivée des trithérapies constitue une véritable bouffée d'oxygène pour tous les malades : leur espérance de vie s'accroît considérablement, l'épée de Damoclès qui planait au-dessus de leur tête semble s'éloigner un peu.  

Sommaire