Sida : vivre mieux et plus longtemps Comment se protéger et protéger les autres ?

Le VIH est un virus terrible et effrayant, mais il a ceci d'appréciable : on peut l'éviter !

C'est d'ailleurs la seule et unique façon de se protéger puisqu'une fois installé, il reste dans l'organisme jusqu'à la fin. Alors certes, se préserver n'est pas toujours facile, peut paraître contraignant, mais cela vaut largement la peine !

le préservatif est la seule solution pour empêcher la transmission du vih par
Le préservatif est la seule solution pour empêcher la transmission du VIH par voie sexuelle. © Franz Pfluegl - Fotolia.com

 Contre la transmission par voie sexuelle, une seule arme : le préservatif. Bien utilisé, il est fiable à 100 % et c'est tant mieux puisqu'il représente la seule solution contre la transmission. Mais attention ! Il doit être utilisé pour chaque rapport, y compris les fellations. Choisissez des préservatifs répondant aux normes européennes, correctement lubrifiés et conservés dans un endroit adéquat, pas trop chaud et à l'abri de la lumière. Si le rapport dure longtemps (plus de 7-8 minutes), n'hésitez pas à changer de préservatif, pour prévenir tout risque d'éclatement. Bien évidemment, changez de préservatif entre chaque rapport et, a fortiori, entre chaque partenaire. Le préservatif féminin est également fiable pour vous protéger contre les infections sexuellement transmissible et contre une grossesse non désirée. Mêmes consignes en matière d'utilisation.
 Il est aujourd'hui possible d'éviter, dans 99% des cas, la transmission du virus du VIH d'une maman à son fœtus. Si la mère prend un traitement anti-VIH pendant la grossesse, les risques de transmission sont de 1%, contre 20% à 25% sans traitement. En revanche, l'allaitement est à haut risque. Elle devra donc nourrir son bébé au biberon, avec du lait maternisé. 

 La contamination par voie sanguine est un risque qui court essentiellement chez les toxicomanes et, éventuellement, parmi le personnel médical. En fait, le virus supporte très mal l'air ambiant. Pour qu'il y ait contamination, il faut donc qu'il y ait contact quasi-direct et immédiat entre le sang de la personne séropositive et le sang de l'éventuel futur infecté. Si vous êtes toxicomane et que vous utilisez des seringues, quelques précautions s'imposent pour éviter une infection au VIH : une seringue doit faire l'objet d'un usage unique, elle ne doit surtout pas être prêtée ou empruntée. Même chose pour la cuillère, le filtre ou le coton éventuellement utilisés. Un produit ne doit pas non plus être partagé de seringue à seringue. Depuis 1989, la vente de seringues est autorisée dans les officines sans ordonnance. De même, des containers sont à disposition pour jeter les seringues usagées et les seringues usagées peuvent être échangées contre des neuves. Depuis 1995, les associations de prévention sont même autorisées à en distribuer gratuitement. Conséquence très positive : la contamination par voie sanguine chez les toxicomanes intra-veineux a bien chuté ces dernières années en France.

Une trithérapie d'urgence

Vous avez pris un risque inconsidéré et vous êtes terrorisé à l'idée d'avoir contracté le VIH ? Pas de panique ! Il existe une solution d'urgence pour réduire considérablement les risques de transmission. Vous devez consulter dans les 48h dans n'importe quel service d'urgence. Un médecin évaluera la gravité de la prise de risque : partenaire à la séropositivité connue ou non, partenaire considéré "à risque", type de relation, etc. Si le médecin estime qu'il y a effectivement un risque, il peut prescrire une trithérapie préventive, à prendre pendant 4 semaines. Elle réduit de 80 % environ la probabilité d'être contaminé, si jamais le partenaire était séropositif.

Quatre prises de sang seront effectuées : une à la première consultation pour vérifier votre statut sérologique, à une à deux semaines de l'accident, une à deux mois et une dernière, de confirmation, à quatre mois. Attention ! La trithérapie est tout sauf anodine. Il s'agit d'un traitement lourd et ce traitement préventif doit être un ultime recours et surtout par une solution utilisée régulièrement.

Sommaire