Sida : vivre mieux et plus longtemps Sida : origine et historique

le 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le sida.
Le 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le Sida. © Arto - Fotolia.com

1969. C'est la date à laquelle le virus du sida aurait été introduit aux Etats-Unis par un immigrant haïtien.

L'île d'Haïti aurait elle-même vu arriver la maladie en 1966, via une personne en provenance d'Afrique centrale. Plus loin encore sur le fil du temps, c'est dans les années 1930 que le sida aurait passé la barrière des espèces, alors que des humaines mangeaient de la viande de chimpanzé contaminée. Des chercheurs sont récemment remontés jusqu'à cette origine.  

En quelques années, le virus se répand, pour l'heure essentiellement dans la communauté homosexuelle. 1981 : la maladie commence à faire des ravages et des équipes de chercheurs décrivent pour la première fois cet ensemble de symtômes inhabituels regroupés sous l'acronyme sida, syndrome d'immunodéficience acquise. L'épidémie s'est étendue à la planète entière. Rapports sexuels, transfusion, échange de seringue, accouchement... On réalise que les modes de contamination sont multiples, le monde s'affole. 
20 mai 1983 : dans la revue américaine "Science", l'équipe dirigée par le professeur Luc Montagnier (également Nobel pour cette découverte) révèle un nouveau virus différent de ceux jusque-là suspects d'être responsables du syndrome d'immunodéficience acquise (sida).
1987 : c'est l'apparition du premier composé antirétroviral, l'AZT, et son cortège d'effets secondaires.
1996 semble dans un premier temps signer l'arrêt de mort du VIH : les trithérapies permettent de réduire le virus quasiment à néant. On le dit indétectable dans le sang. Les premières années, les effets secondaires du traitement sont très lourds, le malade doit avaler des dizaines de comprimés par jour. 
2007 : la trithérapie, aujourd'hui, ce n'est parfois que deux comprimés par jour, facilement oubliés. Mais le virus est toujours là. Il suffit d'arrêter les médicaments pour qu'il prolifère à nouveau dans le corps. Pourtant, les comportements se relâchent et les médecins constatent chaque jour une recrudescence du nombre de contaminations ou de comportements à risque. 

Plus de 25 ans après la découverte des premiers cas, l'épidémie de sida a ravagé des populations entières :
 25 millions de morts dans le monde
 33,2 millions de séropositifs aujourd'hui
 6 800 personnes infectées chaque jour
 5 700 morts dues, chaque jour, au sida, 2,1 millions de morts déjà en 2007

Dépistage tardif

La France n'échappe pas à la règle : on estime que 140 000 personnes vivent aujourd'hui avec le VIH, le virus responsable du sida. "Seules 100 000 personnes se savent séropositives et sont suivies, s'inquiète le Dr Marina Karmochkine, médecin spécialisé dans la prise en charge des personnes séropositives. Cela signifie que 40 000 personnes vivent aujourd'hui tranquillement, ignorant qu'elles ont le VIH. C'est doublement regrettable : elles sont plus susceptibles d'avoir un comportement dangereux que si elles se savaient malades et risquent de ne pas être soignées à temps." 

Chaque année en France, 7 000 personnes découvrent qu'elles sont infectées par le VIH. "Ce qui est inquiétant, c'est que ce chiffre n'a pas baissé depuis qu'on le surveille", regrette le Dr Karmochkine. La différence, c'est qu'aujourd'hui 50 % des gens sont dépistés au stade de sida déclaré, c'est-à-dire 5 à 20 ans après qu'ils ont contracté le virus. On a beau ne plus en parler autant que dans les années 1990, on meurt toujours, en 2007 en France, du sida. C'est le sort de 1 700 personnes chaque année.

EN VIDEO : les 30 ans de la découverte du Sida

Sommaire