La retraite, bonne pour la santé !

Ah la retraite : l'arrivée des problèmes, la mobilité qui se réduit, l'ennui… Bref, le début de la fin, vous dites-vous ? Détrompez-vous ! Une étude menée par l'Inserm et à paraître dans The Lancet du 9 novembre semble prouver l'inverse. Ainsi, plus de 14 000 personnes de la cohorte Gazel ont été suivies régulièrement, de 7 ans avant leur départ à la retraite à 7 ans après que la retrait soit effective. Chaque année, on leur a demandé de notre sur une échelle de 1 à 10 leur état de santé perçu. Dans les années précédant la retraite, la proportion de personnes se déclarant en mauvaise santé ne cesse d'augmenter, pour atteindre 20 % des sondés juste avant la retraite.  Jusque-là, rien que de très logique. Plus surprenant : cette tendance s'inverse brusquement au moment de la retraite, pour ne plus représenter que 14 % un an après leur cessation d'activité professionnelle. En moyenne, les sujets retrouvent après le départ à la retraite l'état de santé qu'ils déclaraient 8 à 10 ans plus tôt. Cette assertion vaut d'autant plus que les personnes interrogées avaient des conditions de travail difficiles. Sans vouloir sauter aux conclusions et annoncer que travailler après 55 ans n'est pas souhaitable, les auteurs de l'étude estiment que ces résultats pourraient servir à mettre en place un environnement de travail adapté aux personnes en fin de carrière. La cohorte Gazel a fêté ses 20 ans cette année. Elle est composée de 20 624 agents d'EDF-GDF volontaires, âgés de 35 à 50 ans et qui sont suivis de façon prospective depuis cette date. Lors de l'inclusion en janvier 1989, la totalité des participants étaient actifs. Au fil des années, le nombre de retraités a augmenté et au 1er janvier 2008, moins de 2 % des hommes et moins de 22 % des femmes de la cohorte étaient encore en activité.
Source : Inserm.