Antibiotiques : une nouvelle campagne pour expliquer la résistance bactérienne La consommation remonte depuis l'hiver 2007-2008

D'abord, un bon chiffre : depuis 2002 et le lancement de la première campagne, quelque 40 millions de prescriptions inutiles d'antibiotiques ont été évitées. Chapeau bas. C'est l'équivalent de tout un hiver de prescriptions.

Mais voilà le hic : depuis l'hiver 2007-2008, on note une recrudescence du nombre de prescriptions d'antibiotiques. La consommation annuelle a augmenté de 4 % entre 2008 et 2009, venant ainsi atténuer les bons résultats des années précédentes. La France se retrouve dans le peloton de tête des prescripteurs en Europe, juste derrière la Grèce. L'Italie fait également partie des mauvais élèves, tandis que Pays-Bas, Allemagne, Norvège et Danemark ont des niveaux de consommation par habitant deux à trois fois moins élevés que nous.

Au sein de l'Hexagone, la plupart des régions voient leur taux de prescription augmenter, la palme étant remportée par le Centre et le Nord-Pas de Calais. Sur les huit dernières années, c'est la Champagne-Ardenne qui s'en sort le mieux (-21,1 % de prescriptions), suivie du Poitou-Charentes (-19,1 %), de la région Paca (-19 %), du Centre (18,9 %) et du Limousin (-18,6 %).

 

Sommaire