Antibiotiques : une nouvelle campagne pour expliquer la résistance bactérienne Les actifs et les parents de jeunes enfants particulièrement demandeurs

A y regarder de plus près, on réalise rapidement que deux franges de la population sont particulièrement demandeuses d'antibiotiques.

les parents de très jeunes enfants sont particulièrement demandeurs
Les parents de très jeunes enfants sont particulièrement demandeurs d'antibiotiques, sans doute inquiets que la maladie s'aggrave rapidement. © Comstock / Thinkstock

 Les actifs entre 30 et 65 ans. "Ils pensent que prendre des antibiotiques va leur permettre de se rétablir plus rapidement pour retourner travailler dès le lendemain, commente le Professeur Hubert Allemand, médecin conseil à la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam). Ce n'est évidemment pas le cas s'il s'agit d'une infection virale." Et dans tous les cas, il faut laisser aux médicaments le temps d'agir.

Bizarrement, c'est pourtant la classe d'âge qui aurait le moins besoin d'antibiotiques, puisqu'à l'inverse des enfants en bas-âge et des seniors, leurs défenses immunitaires sont le plus souvent au top. Le risque de surinfection est donc généralement minime.

Ainsi, c'est la consommation des adultes (plus de 15 ans) qui a le plus augmenté ces dernières années : +9,24 % entre 2006/2007 et 2007/2008 ! Un chiffre d'autant plus préoccupant que cette tranche d'âge domine largement d'un point de vue démographique et représente ainsi les trois-quarts des prescriptions d'antibiotiques.

 Les parents réclament aussi beaucoup d'antibiotiques pour leurs enfants en bas-âge, probablement de peur qu'une infection se propage rapidement et devienne ingérable. De fait, c'est la tranche d'âge où l'on consomme le plus de boîte d'antibiotiques par personne. C'est tout à fait logique puisque le système immunitaire des enfants n'est pas encore mature : ils sont donc plus souvent malades que les adultes. La prescription avait beaucoup diminué entre 2003 et 2007 mais elle remonte légèrement, quoique beaucoup moins que chez les adultes.

Sommaire