Les vacances approchent : êtes-vous à jour dans vos vaccinations ?

Rage, encéphalite japonaise, paludisme... Zoom sur les nouvelles recommandations sanitaires pour les voyageurs.

Les vacances approchent : êtes-vous à jour dans vos vaccinations ?
© Subscription - Fotolia.com

Les vacances estivales approchent et nombreux sont ceux qui commencent à planifier leur périple. Pour vous aider dans cette préparation (la mise à jour de vaccins entre autres), l'InVS a publié, dans son Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH), le guide des recommandations sanitaires pour les voyageurs 2013. La prévention reste au centre des directives avec un point d'honneur mis sur la vaccination, notamment contre la rage, pour laquelle un nouveau schéma vaccinal est préconisé. Deux injections de rappel espacées de 3 jours sont à faire systématiquement et le plus tôt possible en cas d'exposition avérée ou suspectée chez une personne vaccinée. Pour rappel, la vaccination contre la rage est recommandée pour les voyageurs effectuant un séjour prolongé et en situation d'isolement dans des zones à haut risque (Asie, Afrique, Amérique du Sud). Elle est particulièrement recommandée pour les jeunes enfants, plus exposés aux morsures ou aux griffures. Contre l'encéphalite japonaise, le rapport indique qu'il est désormais possible de faire vacciner les enfants, et ce, dès 2 mois, une autorisation de mise sur le marché (AMM) ayant été octroyée en février dernier. A noter qu'il n'est disponible que dans les centres agréés de vaccination internationale (CVI). La vaccination contre l'encéphalite japonaise reste avant tout recommandée aux personnes résidant plus de 30 jours dans les régions où le virus circule, dans des zones de rizières ou de marécages (notamment pendant la saison des pluies), si vous prévoyez de faire du camping ou de passer une nuit à la belle étoile sans moustiquaire en ces lieux, etc. A propos du paludisme, il est rappelé qu'à ce jour, aucun moyen préventif n'assure une protection totale, d'où la nécessité d'associer une protection anti-moustiques à un traitement anti-paludéen préventif. Seul point d'incertitude : alors que l'OMS indiquait récemment qu'une seule dose de vaccin contre la fièvre jaune suffisait pour une protection à vie, le BEH de l'InVS évoque une durée de protection de 10 ans. Une zone d'ombre qui reste à éclaircir.
Plus d'informations sur le site du Ministère des Affaires Etrangères.

Source : BEH de l'InVS, 4 juin 2013.

Lire aussi