Quand Facebook augmente les risques de troubles alimentaires

Afin de déterminer si l'utilisation du réseau social Facebook pouvait être liée à des troubles alimentaires, des chercheurs de l'université d'État de Floride ont mené une expérience sur des jeunes femmes d'un âge moyen de 18 ans.

Quand Facebook augmente les risques de troubles alimentaires
© Capture d'écran Facebook

Selon une étude de psychologie publiée en janvier dans la revue International Journal of Eating Disorders, "Est-ce que t'aimes ma photo ? Facebook entretient le risque de trouble alimentaire", la fréquentation du réseau social pourrait être liée à des troubles alimentaires. Une expérience a ainsi été menée sur des jeunes femmes. Une partie du groupe a été placée devant Facebook pendant vingt minutes, tandis qu'une autre était placée devant une page Wikipédia et un vidéo de chat sauvage.
Résultat : il existe une corrélation "petite, mais significative" entre le temps passé sur le réseau social et l'importance des troubles alimentaires. En effet, les femmes qui avaient passé plus de temps sur leur page Facebook marquaient des scores plus élevés que les autres lorsqu'elles été interrogées sur leurs habitudes alimentaires, ce qu'elles pensaient de leur poids, leur niveau d'anxiété ou encore si elles voulaient faire de l'exercice. Par ailleurs, selon l'étude : "Les participantes avec de plus nombreux troubles alimentaires accordaient plus d'importance au fait de recevoir des commentaires sur leurs statuts et leurs photos, et plus d'importance au fait de recevoir des likes sur leurs statuts". Elles étaient également plus susceptibles de se "détaguer" des photos d'elles leur déplaisant."
Pour Pamela K. Keel, psychologue, l'explication est simple : "Facebook offre une manière amusante de rester connecté avec ses amis, mais il présente aussi aux femmes un nouveau média à travers lequel elles sont confrontées à un idéal de minceur qui a un impact sur leur risque de connaître des troubles du comportement alimentaire". Le réseau social se trouve entre deux influences puissantes, celle des médias traditionnels et de l'influence des pairs, nos "amis" choisissant "soigneusement les photos d'eux", à l'instar des couvertures de magazines.  

facebook
Quand Facebook augmente les risques de troubles alimentaires © Capture d'écran Facebook


 













Lire aussi