Première greffe de vagin artificiel réussie sur quatre jeunes filles

Des chirurgiens américains ont réussi a recréer des vagins en laboratoire et à les réimplanter dans le corps de quatre jeunes patientes. Et ça fonctionne.

Première greffe de vagin artificiel réussie sur quatre jeunes filles
© Tobilander - Fotolia.com

C'est une première dans l'histoire de la médecine : des vagins entièrement recréés à partir de tissus biologiques ont été implantés avec succès sur quatre jeunes filles. Pour réussir cette prouesse, les scientifiques ont prélevé les propres cellules des patientes au niveau de leur vulve, avant de les placer pendant sept jours dans un moule biodégradable en forme de vagin. Exposées à des facteurs de croissance, les cellules ont pu se multiplier, jusqu'à recréer un organe aussi vrai que nature. Les vagins artificiels ont ensuite été implantés chez les jeunes filles alors âgées de 13 à 18 ans au moment de l'opération. Huit ans après, ils sont fonctionnels, apprend-on de la revue médicale britannique The Lancet. Les quatre jeunes filles, atteintes d'une malformation génétique rare des organes génitaux et nées sans vagin, déclarent même avoir des rapports sexuels satisfaisants, précise l'étude. Une grossesse serait même envisageable selon les médecins, en théorie en tout cas, puisque les vagins ont été connectés aux utérus des patientes.

Quand la médecine crée des organes. "Cette réussite est un exemple supplémentaire de l'application de la médecine régénérative à une diversité de tissus et d'organes", a déclaré le docteur Anthony Atala, qui a procédé à l'implantation des vagins dans un hôpital de Caroline du Nord aux Etats-Unis. Récemment déjà, des médecins suisses sont parvenus à appliquer cette technique pour reconstruire les nez de cinq patients, endommagés à la suite d'un cancer de la peau. Un an après l'intervention chirurgicale, les patients étaient, eux aussi, satisfaits de leurs nouvelles narines, tant esthétiquement que fonctionnellement. Et demain ? Après le nez et le vagin, des essais cliniques sont en cours sur des vessies, des cornées, mais aussi des bronches et des vaisseaux sanguins. 

Lire aussi