Les dons en 10 questions Donner le sang de cordon pour sauver des vies

le sang extrait sera ensuite analysé avant d'être transfusé au malade.
Le sang extrait sera ensuite analysé avant d'être transfusé au malade. © Benoit Rajau / Agence de Biomédecine

Le sujet fait grand bruit dans les médias : faut-il faire congeler le sang du cordon (ou sang placentaire) de son enfant ? La réponse de l'Agence de biomédecine est claire : non. Il s'agit d'un procédé non validé scientifiquement à ce jour.

Conserver le sang de cordon de son enfant dans une banque dans l'éventualité d'une maladie future, pour le soigner avec ses propres cellules est sans fondement scientifique et donc inutile. De plus, si l'enfant développe une maladie, il y a de grandes chances pour que les cellules conservées qui ont exactement le même programme génétique la développent aussi et donc ne puissent pas soigner l'enfant.

Ce sont les banques privées qui y gagnent : elles font payer des sommes importantes (plus de 2000 euros en moyenne) aux parents pour conserver du sang qui ne leur servira pas alors que des hôpitaux, eux, peuvent l'utiliser pour sauver des vies immédiatement.

Le sang de cordon peut par contre être utilisé à des fins thérapeutiques pour soigner des personnes malades au moment de la naissance de l'enfant. Ce sang pourra sauver des personnes en attente de cellules souches sanguines dont le sang de cordon est riche. Dans le cas de leucémies ou d'aplasie et de nombreuses autres maladies peuvent être guéries par le sang de cordon.

Le sang de cordon peut donc sauver des vies. Il n'y a actuellement en France qu'une dizaine de maternités qui sont habilitées à prélever le sang de cordon, mais cette activité est en développement. Il est donc important en tant que futur parent de vous renseigner à l'avance si vous êtes intéressé par ce don.

Sommaire