Les adolescentes perçoivent mal leur corpulence et se trouvent trop grosses

Une nouvelle enquête sur la santé des adolescents montre que les jeunes Françaises sont nombreuses à être insatisfaites de leur poids et à se lancer dans des régimes.

Les adolescentes perçoivent mal leur corpulence et se trouvent trop grosses
© Ariwasabi - Fotolia.com

L'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) vient de rendre public les résultats d'une étude globale sur la santé des collégiens. Il en ressort que déjà à cet âge (entre 11 et 15 ans), les filles ont une perception de leur corps plus négative que les garçons.

Parmi celles qui ont un poids dans la norme ou qui sont trop minces (en fonction de leurs propres indications sur leur poids et leur taille), 31 % se trouvent un peu ou beaucoup trop grosses, contre 15,5 % pour les garçons. De même, parmi les jeunes qui déclarent faire un régime alors qu'ils n'en ont pas besoin, les filles sont surreprésentées. D'une façon générale, chez les filles, l'insatisfaction liée au poids augmente au fur et à mesure des années, alors que le chiffre reste stable pour les garçons.

Cette tendance n'est pas propre aux petites Françaises puisqu'elle a été retrouvée dans la majorité des pays développés dans lesquels l'enquête a été menée. La France se place toutefois parmi les pays avec les taux de surpoids les plus faibles chez les jeunes de 11 à 15 ans.

Une santé globalement bonne

Les autres résultats de l'enquête montrent que les filles souffrent de 1,5 à 2 fois plus souvent que leurs camarades masculins, de troubles tels que des difficultés d'endormissement, une irritabilité, une nervosité ou de la déprime. Elles sont aussi plus nombreuses à prendre des médicaments pour des maux de tête ou de ventre.

Cette enquête montre aussi que, d'une façon générale, les jeunes Français sont globalement en bonne santé et qu'ils mangent de mieux en mieux en consommant plus souvent des fruits et légumes.

L'enquête Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) coordonnée en France par l'INPES, est réalisée tous les quatre ans dans une quarantaine de pays.

Source : INPES

 

Interview d'Emmanuelle Godeau, chercheuse à l'Inserm et coordinatrice de l'enquête :


 


A lire aussi