La dépression n'est pas un facteur de risque du cancer

Selon une étude épidémiologique, le fait d'avoir connu des épisodes dépressifs au cours de sa vie n'augmente pas le risque de survenue ultérieure d'un cancer.

La dépression n'est pas un facteur de risque du cancer
© Paul Laroque - Fotolia.com

Alors que le fonctionnement et les conditions d'apparition d'un cancer représentent encore une énigme pour les scientifiques, certaines personnes attribuent parfois l'apparition d'un cancer à une histoire personnelle douloureuse.  Et ça ne date pas d'hier. "Les idées reçues ont parfois la vie dure", explique Cédric Lemogne, psychiatre à l'Hôpital Européen Georges Pompidou (AP-HP) dans l'unité du Pr. Consoli (Université Paris Descartes) et principal auteur d'une nouvelle étude sur les liens entre ces deux pathologies. Dès Hippocrate et les débuts de la médecine, on associait déjà la présence de "bile noire", qui a donné le terme mélancolie, au développement des tumeurs malignes. Aujourd'hui, certains arguments circulent sur le fait que la dépression pourrait être un facteur de risque de cancer." Sauf que concrètement, aucune étude ne l'a formellement démontré. Pour en savoir plus, des chercheurs de l'Inserm ont donc mené une vaste étude épidémiologique auprès de 14 203 personnes, entre 1994 et 2009. Parmi elles, 1119 ont développé un cancer mais aucune association significative n'a été démontré entre le fait d'avoir connu des symptômes dépressifs et la survenue de 5 types de cancers (prostate, sein, côlon, cancer associé au tabac, et cancer des organes lymphoïdes ou hématopoïétiques). En revanche, les auteurs de l'étude publiée dans The American Journal of Epidemiology, expliquent que l'annonce d'un cancer peut susciter des symptômes dépressifs et qu'il est nécessaire de rassurer les patients. "Combien de fois peut-on entendre l'entourage leur dire "il faut te battre, être fort pour vaincre le cancer". Comme s'il était anormal voire dangereux de se sentir abattu, note Cédric Lemogne. Je crois que les patients ne doivent pas s'inquiéter s'ils se sentent déprimés. Ce qui est important, c'est de bien suivre tous les traitements : contre le cancer d'une part et contre la dépression d'autre part."

Lire aussi