Journée mondiale de lutte contre le Sida : objectif zéro

Organisée ce samedi 1er décembre, la Journée mondiale contre le Sida est l'occasion de mieux faire connaître le VIH/Sida, les actions de prévention et, bien sûr, les avancées en matière de traitement et de prise en charge.

Journée mondiale de lutte contre le Sida : objectif zéro
© Arto - Fotolia.com

"Objectif zéro : zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination, zéro décès lié au sida", tel est le thème de la Journée mondiale contre le sida, qui se déroule ce samedi 1er décembre. "Compte tenu de la propagation de l'épidémie aujourd'hui, cet objectif zéro peut sembler difficile à atteindre, mais des progrès importants sont accomplis", note l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans un communiqué. "En 2011, il y a eu 2,5 millions de nouvelles infections à VIH. On estime que 1,7 million de personnes en sont mortes. Cela représente 700 000 nouvelles infections en moins par rapport à il y a dix ans et 600 000 décès en moins par rapport à 2005." Ces progrès sont en grande partie liés au meilleur accès aux médicaments antirétroviraux : actuellement 8 millions de personnes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire ont accès au traitement dont elles ont besoin, alors qu'elles n'étaient que 400 000 en 2003. Ces médicaments réduisent en effet la quantité de virus dans le sang et donc le risque de transmission. "Bien que de nombreux pays soient confrontés à des difficultés économiques, la plupart arrivent à continuer de développer l'accès aux médicaments antirétroviraux, a déclaré le Dr Gottfried Hirnschall, Directeur à l'OMS du Département VIH/sida. Le défi consiste désormais à ce que ce progrès mondial se retrouve à tous les niveaux et en tout endroit, de sorte que tout être humain, quel qu'il soit et où qu'il vive, puisse obtenir le traitement antirétroviral quand il en a besoin."

Les enfants et les femmes, les parents pauvres de la lutte contre le sida

Reste que le nombre de femmes enceintes et d'enfants sous traitement est toujours très faible dans le monde, rappelle un communiqué de l'UNICEF, alors que le VIH est la principale maladie et cause de décès chez les femmes en âge de procréer. Moins d'un tiers des enfants et un tiers seulement des femmes enceintes reçoivent le traitement dont ils ont besoin, loin de la moyenne de 54 % des adultes. "Sans traitement, 50% des enfants infectés par le VIH meurent avant leur 2e anniversaire. Il est crucial de permettre un accès universel au traitement". Et même si le nombre de nouvelles infections VIH a baissé chez les enfants entre 2009 et 2011, on compte encore 900 nouvelles infections par jour chez les moins de 15 ans. "De telles disparités dans l'accès aux traitements est inacceptable. Les femmes et les enfants restent les parents pauvres de la lutte contre le sida !, déplore Michèle Barzach, présidente de l'UNICEF France, également médecin et spécialiste de la lutte contre le sida. Nous avons les traitements et les stratégies de prévention, donc les moyens d'empêcher toute nouvelle infection des femmes enceintes séropositives à leurs bébés ! Qu'attendons-nous pour en généraliser l'accès ?". Permettre l'accès aux traitements des femmes enceintes séropositives leur permettrait en effet de préserver leur santé, ainsi que celle de leur bébé : dans plus de 95% des cas, il est protégé contre le VIH pendant la grossesse, l'accouchement et la période d'allaitement. Les traitements peuvent également empêcher la transmission sexuelle d'une femme séropositive à un partenaire séronégatif. On estime que jusqu'à la moitié des séropositifs vivant en couple ont des partenaires séronégatifs. L'OMS recommande désormais d'offrir le traitement antirétroviral au partenaire séropositif, quel que soit l'état de son système immunitaire, pour réduire la probabilité de transmission du VIH au partenaire indemne. Certains pays envisagent même de démarrer le traitement à un stade encore plus précoce de l'infection à VIH et d'offrir à toutes les femmes enceintes séropositives le traitement antirétroviral à vie. 

 

En savoir plus sur la Journée mondiale contre le sida

Connaître les manifestations en France