Rapport de l'OMS sur la santé : inégalités criantes entre pays pauvres et pays riches

Ce n'est pas une nouveauté mais les chiffres dévoilés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) le 14 octobre font froid dans le dos. Les différences d'espérance de vie entre les pays les plus riches et les plus pauvres dépassent désormais 40 ans. De même, les dépenses publiques de santé par personne et par an varient de 20 dollars à 6 000 dollars. A ce propos, le rapport note qu' "avec l'augmentation des coûts de la santé et la désorganisation des systèmes de protection financière, les dépenses personnelles de santé poussent […] chaque année 100 millions de personnes sous le seuil de pauvreté." Même à l'intérieur de chaque pays, voire de chaque ville, des disparités alarmantes apparaissent. Ainsi, à Nairobi, au Kenya, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans est inférieur à 15 pour 1 000 dans les quartiers huppés, contre 254 pour 1 000 dans les zones les plus défavorisées.Pour tenter de réduire ces inégalités, l'OMS préconise de revenir aux soins de santé primaires, approche globale des soins de santé lancée il y a 30 ans. "Nous encourageons les pays à revenir aux fondamentaux", explique le Dr Margaret Chan, directrice générale de l'OMS. De même, l'organisation souligne qu'un meilleur recours aux mesures préventives existantes permettrait de réduire la charge mondiale de morbidité de près de 70 %.