Les dommages cérébraux sont permanents

les blassures légères cérébrales ne provoquent pas d'handicap irréversible.
Les blassures légères cérébrales ne provoquent pas d'handicap irréversible. © IStockphoto/Thinkstock

Le cerveau est certes un organe très fragile mais il surprend les chercheurs tous les jours par sa capacité à "rebondir".

Il faut avant tout distinguer les blessures légères comme les commotions cérébrales, des blessures beaucoup plus graves. Dans le premier cas, la personne s'en remet très bien et ne présente pas de séquelles. Ce qui n'est pas le cas pour une personne plus atteinte.

Pourtant certains patients fortement touchés qui présentent des handicaps, ils retrouvent une possession partielle de leurs moyens. Les neurones endommagés ou perdus, le sont de manière définitive mais les synapses ?connexions entre les cellules nerveuses- peuvent grandir et se connecter à d'autres parties du cerveau pour essayer de combler tant bien que mal les déficiences. C'est ce qu'on appelle la plasticité cérébrale.