Hypnose

L'hypnose a le vent en poupe mais en réalité elle est très ancienne, puisqu'elle était utilisée pour le soin dans les sociétés occidentales il y a déjà 200 ans. L'hypnose médicale se définit par un état de conscience particulier, qui n'est ni un état de sommeil, ni un état de veille. Par la parole, le praticien induit l'hypnose chez son patient. Celui-ci devient alors indifférent à l’extérieur. Cet état de conscience hypnotique peut être utilisé pour lutter contre l'anxiété, pour diminuer la douleur, voire pour faire disparaître des symptômes. 
L’hypnose recouvre un ensemble de pratiques : l'hypnosédation (à visée sédative, utilisée en anesthésie), l'hypnoanalgésie (contre la douleur) et l'hypnothérapie (à visée psychothérapeutique). Par ailleurs, il existe de multiples formations à l’hypnose en France : une douzaine de formations universitaires, sont à ce jour non reconnues par l’Ordre des médecins. Il existe également de nombreuses formations associatives et privées, pas toujours réservées aux professions médicales et para-médicales. Aussi, le statut d’hypnothérapeute demeure non réglementé.
Le saviez-vous ? L’invention du terme "hypnose" est souvent attribuée à James Braid, médecin écossais, qui aurait créé ce terme en référence à Hypnos, le dieu grec du sommeil en 1843. Il semble en réalité que ce soit le baron Etienne Felix d’Hénin de Cuvillers qui ait le premier commencé à utiliser le préfixe "hypn" dès 1819 (Gravitz 1993).
Document à consulter : "Evaluation de l’efficacité de lapratique de l’hypnose", Inserm, Juin 2015.

Actualités

Dossiers