Infections nosocomiales et sécurité des patients : le système de surveillance redéfini Enquêtes de prévalence et signalements obligatoires

Plusieurs autres éléments de mesure ont été mis en place au fil des ans.

les événements indésirables graves doivent désormais obligatoirement être
Les événements indésirables graves doivent désormais obligatoirement être déclarés. © 18percentgrey - Fotolia.com

Une très importante enquête de prévalence a lieu tous les cinq ans depuis 1996. "Il s'agit de mesurer le nombre d'infections nosocomiales, dans tous les hôpitaux, à une journée donnée. C'est intéressant, mais un peu comme une photographie d'une situation à un instant T", explique Michel Denis. Les conclusions de l'enquête de 2011 ne sont pas encore connues mais il semblerait que le taux d'infections nosocomiales ait un peu baissé, sans que cela soit spectaculaire non plus.

 Comme nous vous l'expliquions précédemment, depuis novembre, les événements indésirables graves doivent obligatoirement être signalés. Par événement indésirable grave, on entend :

- décès inattendu, perte permanente d'une fonction ne résultant ni de l'évolution naturelle de la maladie, ni du terrain du patient ;

- au décours d'un acte de soins, hospitalisation en réanimation et/ou ré-intervention non programmée(s) ;

- erreur de patient, erreur de côté.

L'Institut national de veille sanitaire (InVS) collecte et analyse ces signalements.

 Un Réseau d'alerte, d'investigation et de surveillance des infections nosocomiales (Raisin) a été créé en partenariat avec l'Institut national de surveillance sanitaire (InVS). Il regroupe 300 à 700 établissements, selon les maladies scrutées, et permet de surveiller l'évolution du taux d'infections du site opératoire, de bactéries multirésistantes, d'infections nosocomiales en réanimations ou encore de bactériémies nosocomiales.

 Un système test a été mis en place plus récemment par la Haute autorité de santé, qui consiste à collecter, anonymement et sur la base du volontariat, des déclarations d'accidents ou de presque accidents ou d'incidents qui se sont bien terminés. Quelque 8 000 déclarations anonymes ont été recueillies, qui devraient permettre d'analyser les origines des incidents pour améliorer la sécurité.

Sommaire