Pharmacies : un quart des officines pourraient fermer en 2011

Les pharmaciens vont mal. C'est ce que révèle une étude de la société Coface, spécialisée dans l'assurance des entreprises.

Pharmacies : un quart des officines pourraient fermer en 2011
© iStockphoto/Thinkstock

Ainsi, pas moins de 227 officines ont fermé ces deux dernières années, soit 1% des pharmacies françaises. Parmi les départements les plus touchés, on trouve Paris et sa petite couronne mais aussi la Seine Maritime ou encore le Finistère.

Plusieurs facteurs expliquent que cette profession autrefois bien portante soit aujourd'hui sinistrée. D'abord, les marges sur les génériques sont de moins en moins importantes et les fabricants n'accordent plus d'aussi généreuses ristournes qu'auparavant. En outre, le nombre de prescriptions a beaucoup baissé, suite aux campagnes visant à faire baisser la consommation de médicaments, diminuant d'autant les bénéfices des officines. Enfin, la concurrence en termes de parapharmacie a amplifié le phénomène.

Cette situation inquiétante a conduit le ministre de la Santé Xavier Bertrand à commander un rapport à l'Inspection générale des affaires sociales. Cette enquête, dont les conclusions doivent être rendues le 30 avril, devrait aider à dégager des pistes pour assainir la situation.