Erreurs médicales : comment parvenir au zéro défaut ? L'erreur médicale, une complication anormale

les disciplines telles que la chirurgie ou la radiothérapie sont
Les disciplines telles que la chirurgie ou la radiothérapie sont particulièrement touchées par les erreurs médicales. © olly - Fotolia.com

La définition est claire : peut être considérée comme erreur médicale toute complication postopératoire sans commune mesure avec l'acte pratiqué et les suites qu'on pouvait attendre. "Les erreurs sont plus fréquentes dans certaines disciplines telles que la chirurgie ou la radiothérapie. Elles surviennent également dans la prescription ou l'administration de médicaments", énumère le Dr Dominique Courtois, président de l'Association d'aide aux victimes d'accidents corporels (AAVAC).

Comment savoir qu'on a été victime d'une erreur médicale ? "Lorsque des complications surviennent après l'intervention, qui ne sont pas celles que nous a indiqué le médecin avant l'intervention, ces complications peuvent être considérées comme les conséquences d'une erreur médicale, explique Dominique Courtois. Aujourd'hui, le médecin a l'obligation de vous avertir au moins 15 jours avant l'intervention de toutes les complications possibles, y compris celles qui sont considérées comme exceptionnelles. Le patient signe alors un document de consentement éclairé. Bien sûr, ce délai de 15 jours ne s'applique pas lorsqu'il s'agit d'une urgence."

Sommaire