Ebola : quel traitement pour l'infirmière de MSF ?

Placée en isolement dans un service de l'hôpital militaire de Bégin, l'infirmière française contaminée par le virus Ebola reçoit vraisemblablement des traitements expérimentaux.

Ebola : quel traitement pour l'infirmière de MSF ?
© malajscy - Fotolia.com

C'est à l'hôpital Bégin de Saint Mandé qu'est hospitalisée depuis le 19 septembre la patiente de Médecins sans frontières (MSF), contaminée au Libéria par le virus Ebola. Toutes les conditions sont en place pour que son hospitalisation soit parfaitement sécurisée. Placée dans une chambre négative, c'est-à-dire qui retient l'air pour éviter que le virus ne se propage dans d'autres pièces, elle bénéficie par ailleurs d'un personnel dédié. L'infirmière "reçoit des traitements expérimentaux", a expliqué vendredi Marisol Touraine, précisant qu'elle avait commencé à être traitée "dès son transfert".

Dans le même temps, un arrêté du ministère de la Santé, a autorisé à titre dérogatoire le stockage, l'administration et la prescription "pour le traitement des personnes contaminées par le virus Ebola, dans les établissements de santé de référence (ESR) et dans les hôpitaux d'instruction des armées médicaments contenant les substances", de trois médicaments :

- le favipiravir (Avigan). Il s'agit d'un antiviral contre la grippe développé par la société japonaise Toyama Chemical, filiale de FujiFilm. Un essai thérapeutique mené par l'Inserm débutera d'ailleurs à partir de novembre sur une soixantaine de patients en Guinée.

- le TKM-100-802 de la société canadienne Tekmira a fait l'objet pour son développement d'un contrat de 140 millions de dollars du département américain de la Défense.

- le ZMapp, même s'il est vraisemblablement en rupture de stock. Ce médicament, élaboré par une firme de biotechnologie de San Diego, Mapp Biopharmaceutical, est un cocktail d'anticorps développé à partir de cellules de souris et composé de protéines extraites de plantes de tabac. Début août, deux professionnels de la santé américains, contaminés par le virus lors d'une mission humanitaire, avaient reçu ce traitement expérimental au Liberia. Ils avaient tous deux guéri. Un prêtre espagnol de 75 ans et un médecin libérien qui avaient également reçu ce médicament sont en revanche décédés.

L'hôpital Bégin, comme les huit autres hôpitaux français habilités à prendre en charge des patients infectés par le virus Ebola, répond à des critères précis : la présence d'un service de maladies infectieuses, d'un service de réanimation doté de chambres d'isolement, d'un service de médecine nucléaire, d'un laboratoire garantissant le confinement des agents infectieux.

Les autres hôpitaux concernés sont Bichat, Necker-Enfants malades, le CHRU de Lille, le CHU de Rennes, le CHU de Bordeaux, l'Hôpital Nord (Marseille), l'Hôpital Croix Rousse (Lyon) et le CHU de Strasbourg.

Lire aussi