Les recommandations du calendrier vaccinal 2015 Le vaccin contre la coqueluche

La coqueluche est une maladie respiratoire très contagieuse. Elle est très dangereuse à cause des complications possibles, telles que la bronchopneumonie ou des problèmes neurologiques. Selon les chiffres de l'OMS, elle provoque 300 000 décès chaque année, essentiellement chez les bébés de moins de 6 mois. La contamination se fait via un contact avec une personne qui tousse.

 Epidémiologie : même si le nombre de cas de coqueluche a énormément diminué en France, la coqueluche reste la première cause de décès par infection bactérienne chez le nourrisson de moins de 3 mois.

On a constaté également un nouveau schéma d'infection : les adolescents et les jeunes adultes sont plus souvent atteints. L'explication semble simple : protégés pendant leurs premières années par le vaccin, ils n'ont pas produit de défenses contre la bactérie. Lorsque l'efficacité du vaccin diminue, ils y sont donc plus sensibles. Ce sont eux qui contaminent les nourrissons très jeunes non vaccinés.

 Mode d'administration : le vaccin est administré de préférence par voie intramusculaire. Il peut être associé au vaccin DTPolio.

 Effets indésirables : la tolérance s'est beaucoup améliorée depuis qu'on administre des vaccins coquelucheux acellulaires et non plus à germes entiers. Des réactions au point d'injection peuvent tout de même survenir : érythème, œdème et, d'une manière générale, fièvre, irritabilité, somnolence. Plus rarement, on note des pleurs persistants et des épisodes d'hypotonie-hyporéactivité.

Le gonflement au niveau du point d'injection peut être de plus en plus étendu au fil des doses administrées.

 

Sommaire