Les recommandations du calendrier vaccinal 2015 Le vaccin contre l'hépatite B

 

Quelque 350 millions de personnes sont porteuses de l'hépatite B de par le monde et 2 millions en meurent chaque année.

L'hépatite B est une maladie qui s'attaque au foie. En fait, beaucoup de personnes sont porteuses du virus et l'ignorent car il ne s'exprime pas. Dans certains cas, l'hépatite peut alors devenir chronique, qui va provoquer ou non des symptômes. Aiguë ou chronique, cette maladie peut entraîner une destruction progressive du foie, qui nécessite parfois un recours à la greffe, faute de quoi c'est la mort assurée.

 Epidémiologie : le virus est présent dans le sang, dans le sperme et dans les sécrétions vaginales. Il peut donc se transmettre par voie sexuelle, sanguine ainsi que de la mère à l'enfant. On considère que l'Europe de l'Ouest est en "basse endémie", c'est-à-dire que le nombre de personnes qui ont été en contact avec une forme du virus est inférieur à 10%. C'est également le cas de l'Amérique du Nord et de l'Australie.  Le virus est particulièrement présent en Afrique tropicale, en Asie du Sud-Est et en Chine.

 Mode d'administration : par voie intramusculaire, dans la cuisse chez les bébés et dans l'épaule chez les enfants et les adultes.

 Effets indésirables : ils sont généralement bénins et temporaires et se caractérisent par des douleurs, rougeurs ou œdèmes au point d'injection, avec parfois une petite fièvre. Plus rarement, des réactions plus fortes ont été signalées : fatigue, douleurs des articulations, des muscles, maux de tête...

Des atteintes neurologiques de type démyélinisantes telles que la sclérose en plaques ont été signalées dans les semaines suivant la vaccination, sans qu'aucun lien de causalité n'ait pu, à ce jour, être établi.

 Qui est à risque chez les adultes non encore vaccinés ?

- Les jeunes des internats des établissements et services pour l'enfance et la jeunesse handicapées.

- Les adultes accueillis dans des institutions psychiatriques.

- Les personnes ayant des relations sexuelles avec des partenaires multiples.

- Les toxicomanes utilisant des drogues parentérales.

- Les personnes susceptibles de recevoir des transfusions massives et/ou itératives.

- L'entourage d'un sujet infecté par le virus de l'hépatite B ou porteur chronique de l'antigène HBs.

- Les partenaires sexuels d'un sujet infecté par le virus ou porteur de l'antigène.

- Les personnes détenues qui peuvent cumuler un certain nombre de facteurs d'exposition au virus de l'hépatite B.

 

 

Sommaire