Les épidémies d'hier et d'aujourd'hui Grippe espagnole : 30 millions de morts

décembre 1918 , policiers à seattle portant des masques de la croix-rouge pour
Décembre 1918 , policiers à Seattle portant des masques de la croix-rouge pour se protéger de la grippe. © National Archives at College Park

Vous avez peut-être entendu vos parents ou vos grands-parents en parler, comme ils parlaient de la bataille de Verdun, par exemple. Et pour cause : l'épidémie de grippe espagnole a fait pas moins de 30 millions de morts, soit plus que toute la guerre de 1914-1918. En quelques semaines, cette souche particulièrement virulente de la grippe, le virus H1N1, a contaminé toute la planète. Une grippe qui n'a finalement pas grand-chose d'espagnole. Elle fut surnommée ainsi parce que les médias espagnols n'étaient pas censurés et parlaient donc librement de l'épidémie, alors que les journaux français se censuraient, afin de ne pas indiquer à l'ennemi allemand l'ampleur des pertes humaines. La pandémie ne s'éteindra qu'en 1919, après avoir fait les ravages qu'on connaît : 1 milliard de malades, environ 30 millions de morts (chiffres de l'Institut Pasteur).

C'est quoi la grippe de 1918 ?

Si le virus de 1918 a fait autant de ravages, c'est qu'il réunissait les deux conditions pour devenir pandémique : il était à la fois très contagieux et virulent. Les premiers symptômes sont des classiques de la grippe : forte fièvre, courbatures, affaiblissement général. Mais dans le cas du virus de 1918, les défenses immunitaires du malade sont considérablement affaiblies, laissant le champ libre aux différentes complications de la grippe. C'est de ces complications, bronchiques notamment, que mouraient les malades.

Quels remèdes contre la grippe ?

Aujourd'hui encore, le seul remède contre la grippe en elle-même demeure le repos et le traitement éventuel des symptômes (antidouleurs, etc.). La grippe disparaît généralement d'elle-même, laissant un malade affaibli mais qui recouvre rapidement toutes ses facultés. Ceci dit, des complications peuvent survenir, généralement chez les patients fragiles (personnes âgées, malades, nourrissons, personnes ayant des défenses immunitaires basses). C'est pourquoi les autorités sanitaires recommandent à toute une catégorie de population de se faire vacciner contre la grippe à l'automne. Si ce vaccin n'est pas efficace à 100 %, il permet toutefois de ne souffrir que de symptômes atténués de cette infection.

La grippe espagnole aujourd'hui

Si le virus de 1918 ne sévit plus, les autorités sanitaires redoutent toujours l'explosion d'une souche aussi virulente du virus, qui se disséminerait encore plus rapidement aujourd'hui, au vu des échanges planétaires tellement plus fréquents qu'au début du XXe. Le fameux H5N1, responsable de l'influenza aviaire, a déjà créé quelques frayeurs... 

 

Sommaire