Guérisseurs, médecins, médicaments : méfiez-vous des imitations Les règles d'or pour éviter les charlatans

Pas toujours facile de faire la différence entre le vrai et le faux, n'est-ce pas ? Comment savoir si le médecin dont la plaque en cuivre orne la porte d'entrée est vraiment digne de confiance ? Vous pourriez toujours lui demander de ressortir son diplôme des cartons (à moins qu'il ne figure en bonne place dans un cadre au-dessus du bureau ?) mais il risque de mal le prendre.

Non, une solution beaucoup plus simple et plus fiable s'offre à vous : le site internet de l'Ordre des médecins. Tous les médecins inscrits au tableau de l'Ordre y sont recensés, sans exception. Pour retrouver le vôtre parmi les 250 000 praticiens français, il vous suffit de taper son nom dans un moteur de recherche, si possible avec la ville, pour éviter les homonymies. Il apparaît, avec sa qualification et ses coordonnées ? Bingo ! Il est bien médecin. Il n'apparaît pas ? C'est mauvais signe ! Vérifiez tout de même que vous n'avez pas mal orthographié son nom... Si tel n'est pas le cas, décrochez votre téléphone et et  vérifiez auprès du Conseil départemental de l'Ordre des médecins où est supposé exercer ce médecin.

Les médecins doivent être obligatoirement inscrits au Tableau de l'Ordre des médecins pour avoir l'autorisation d'exercer. Mais, chez les médecins comme dans toute profession, des dérapages peuvent survenir. Ne vous laissez pas berner par le titre et n'hésitez pas à signaler tout comportement qui vous semble inapproprié.

 Le comportement personnel du médecin doit être irréprochable. Il ne doit évidemment pas vous faire d'avance ou tenter des gestes déplacés, même s'il essaie de les justifier par la diagnostic à poser. De même, il doit être en possession de toutes ses facultés mentales. Un médecin ivre par exemple ne devrait pas exercer. Si vous constatez un comportement douteux, faites-en part à l'Ordre national des médecins, qui prendra la décision appropriée.

  De même, les médecins ne sont pas censés faire l'apologie de médicaments non scientifiquement éprouvés. Ils ne sont pas non plus autorisés à vous prescrire des thérapeutiques plus ou moins occultes, encore moins à vous refourguer des médicaments de son cru de la main à la main. Refusez toujours ce genre de proposition et signalez-les également. La vie de patients moins avertis que vous pourrait être mise en danger. 

 

Sommaire