Chirurgie plastique : 10 questions à se poser Est-ce que j'aurai des séquelles psychologiques ?

parfois le miracle n'est pas au rendez-vous.
Parfois le miracle n'est pas au rendez-vous. © Bsilvia - Fotolia.com

De même qu'un médicament peut provoquer des effets secondaires, l'opération esthétique peut-elle aussi avoir des conséquences sur le plan psychologique ?

Dans la majorité des cas, l'amélioration corporelle va de pair avec une amélioration psychologique. On se sent mieux, on a davantage confiance en soi, on arrête de se focaliser sur cette imperfection et on se sent plus libre, plus épanoui. C'est le cas de Viviane qui, à 51 ans, a subi trois interventions en même temps (paupières et poches sous les yeux, ventre et seins) : "Ma silhouette est géniale ! Aujourd'hui à 53 ans, je suis très contente, les conséquences sur ma santé sont inexistantes (...) Le résultat en vaut vraiment la peine : ventre ultra-plat , seins de nouveau ronds et hauts et un visage bien plus jeune puisque je n'ai plus de paupières lourdes, ni de poches sous les yeux."

Et puis parfois, le miracle n'est pas au rendez-vous. En fait, il ne semble pas y avoir de règle en termes de satisfaction post-opératoire comme l'explique Françoise Millet-Bartoli dans son livre "La beauté sur mesure" : "Les déceptions inexpliquées émanent plus fréquemment de porteurs de défauts minimes que de sujets atteints de déformations plus importantes, qui se satisfont d'une simple amélioration ou du retour à un aspect aussi proche que possible de la normale, par exemple dans le cas de déformations congénitales, après une maladie ou encore un accident."

C'est aussi l'avis du Dr Yohann Derhy, qui insiste sur l'importance des premières consultations pour justement "dépister" en amont les personnes qui risquent d'être déçues. "Lorsque les défauts pointés par les patients ne me semblent pas disproportionnés, j'opère. Sinon je temporise et si besoin je leur explique que le problème ne se trouve peut-être pas là."

"Je pensais que mon mari ne m'aimerait plus"

Les complications postopératoires les plus fréquentes sont les réactions anxieuses et dépressives, dont l'incidence varie selon les auteurs. Généralement, cette phase est transitoire. C'est ce que décrit Catherine : "L'intervention (réduction mammaire) s'est déroulée parfaitement bien et la semaine de convalescence s'est bien passée. Absolument aucune douleur sauf une, très momentanée, lors du retrait des drains. (...) Lorsque je suis rentrée à la maison, j'ai eu quelques perturbations psychologiques. Je pensais que mon petit ami de l'époque (mon mari aujourd'hui) ne m'aimerait plus, que mon corps ne lui plairait plus. Je me sentais épiée par le regard des autres alors que paradoxalement mon corps me plaisait beaucoup. Malgré autant de recul -j'ai 33 ans- je ne parviens toujours pas à définir cet état avec aisance..."

Cependant, le Dr Derhy se veut rassurant. "Aujourd'hui, on prend le temps de tout expliquer aux patients afin qu'ils ne soient pas surpris. C'est très important de les encadrer et de tout faire pour qu'ils ne soient pas déstabilisés. Au final, les patients qui ont bien compris et bien anticipé sont satisfaits."

Sommaire