A la découverte de la sophrologie La relaxation dynamique, une relaxation consciente

Terme assez ambigu que celui de relaxation dynamique, n'est-ce pas ? La relaxation évoquant des techniques passives, au cours desquelles on ne fait rien d'autre que de s'allonger en méditant tandis que le terme de "dynamique", lui, évoque des exercices au cours desquels on est résolument actif.

Pascal Gautier s'explique volontiers sur ce principe : "On entend par relaxation une libération des tensions inutiles, qu'elles soient physiques ou psychiques. C'est une relaxation consciente. Et par dynamique, il faut prendre cela dans le sens où c'est une relaxation active, à laquelle on prend part et pour laquelle on fait appel à la conscience".

Il existe en tout plus de 12 degrés de relaxation dynamique, mais en fait, seuls les quatre premiers degrés sont pratiqués couramment.

La relaxation dynamique se pratique via des techniques psychocorporelles : exercices de respiration, de concentration, où le sujet est appelé à mieux écouter son corps, à en prendre pleinement conscience.

Les stimulations corporelles de la relaxation dynamique permettent ainsi une liaison plus fine entre les sensations, la perception et la motricité. Il ne s'agit pas tant de se représenter le corps que de le sentir, le ressentir, de le vivre tel qu'il est réellement.

Action positive

Par ailleurs, le principe d'action positive est également primordial. "En sophrologie par exemple, on s'intéresse peu à l'histoire de la personne ou à son passé. Au contraire, la sophrologie est là pour dynamiser les capacités d'espoir du présent et de l'avenir.

C'est le principe d'action positive : dynamiser les choses qui font du bien pour obtenir un effet boule de neige."

Le parti pris de la sophrologie est de ne pas encourager l'expression de ce qui ne va pas, au profit de la dynamisation de ce qui va bien.

L'apprentissage du premier degré de relaxation dynamique permet notamment :  
L'amélioration de la qualité du sommeil.
La diminution du stress et de la fatigue.
La gestion des émotions difficiles.

Par ailleurs, certaines difficultés psychologiques et/ou somatiques peuvent être réduites par l'apprentissage de la relaxation dynamique. Pour arriver à un état de pleine conscience, Pascal Gautier précise bien qu' "une pratique régulière du seul premier degré peu s'avérer suffisante : plus que la "quantité" (nombre de degrés maîtrisés), il nous semble plus juste de privilégier la qualité (être présent et attentif) et la répétition."

Sommaire