10 vérités sur les médicaments génériques Reconnaître un médicament générique grâce à son emballage

le nom de la molécule est suivi du nom du laboratoire qui a fabriqué le
Le nom de la molécule est suivi du nom du laboratoire qui a fabriqué le médicament. © L'Internaute Magazine

Vous n'êtes pas contre le fait d'utiliser un médicament générique, mais vous voudriez au moins être au courant que c'en est un ? Il n'y a pas plus simple : c'est écrit sur la boîte. Voici comment mieux décoder.
La plupart du temps, le médicament n'a pas de nom à lui, comme c'est le cas pour les princeps. Il est directement identifié par la dénomination commune, c'est-à-dire le nom de la substance active du médicament.  Cette dénomination commune doit être votre point de repère car elle figure également sur la boîte du médicament original, elle vous permet donc d'être sûr que c'est le bon médicament de substitution.

Pour se distinguer des autres génériques, vient ensuite le nom du laboratoire qui a produit le médicament. Quelques génériques ne suivent pas cette règle et se reconnaissent alors par la mention "Gé" qui suit le nom de marque du médicament.

Substituable ou non substituable

Comme pour le princeps, la concentration du médicament (500 mg, 1 g, etc.) est également indiquée. 

Et sur l'ordonnance alors ? S'il s'agit d'une ancienne ordonnance que vous renouvelez régulièrement, votre médecin a peut-être (sûrement) inscrit le nom du médicament princeps. Mais le pharmacien sait bien sûr à quel médicament générique il correspond et il pourra le substituer. Normalement, il doit vous en informer mais s'il ne le fait pas, ou si vous avez d'autres questions, n'hésitez surtout pas : il est là pour y répondre. Dernier détail : si le médecin estime qu'il ne faut pas vous donner un générique à la place du médicament original, il pourra le préciser sur l'ordonnance.

Sommaire