Plus performant grâce à des pilules ? Dopage et conduite dopante : définitions

Trop souvent, on a tendance à assimiler la prise de stimulants, compléments alimentaires et autres toniques à du dopage. Pourtant, il faut rendre à César ce qui lui appartient. Rapide retour sur la définition du dopage.

toujours plus performant.
Toujours plus performant. © Alphaspirit - Fotolia.com

Pendant de longues années, il n'y a pas eu de définition consensuelle sur ce qu'est le dopage, et ça n'est que très récemment, lors de la Conférence mondiale antidopage en février 2003, qu'a été adoptée une définition bien claire et bien trop longue à détailler ! Patrick Laure, médecin de santé publique qui explore depuis de nombreuses années le domaine des médicaments détournés et la consommation de substances aux fins de performance, résume la définition en un concept clair : "le dopage se définit simplement par le fait qu'un sportif prenne des substances interdites. Les substances en question sont interdites soit parce qu'elles sont dangereuses, soit parce qu'elles fournissent un avantage artificiel au sportif."

Conduites dopantes : pas forcément négatives

Seulement, ça n'est pas tant le dopage qui nous intéresse ici puisque d'une part, nous ne nous intéressons pas nécessairement aux sportifs et d'autre part car il n'est pas forcément question de substances interdites. Nous parlons plus volontiers ici de conduites dopantes. Ce concept émerge vers 1997 sous la houlette de Patrick Laure et se définit comme la "consommation de substances pour être plus performant".
En fait, c'est la raison qui définit la conduite : on veut être plus intelligent, moins fatigué, plus fort, plus bronzé, etc. Cette définition est valable qu'elle que soit la substance utilisée et la nature de ce qu'on affronte : examen, heures supplémentaires, etc.

"Il est question de conduite dopante lorque l'on consomme des substances pour être plus performant."

Le médecin rappelle "qu'une conduite dopante n'est pas forcément négative, péjorative. Par contre, elle peut devenir dangereuse, pour le consommateur et/ou pour les autres. On peut déterminer deux moments à partir desquels une conduite dopante peut être considérée comme problématique :
- Lorsque le consommateur adopte une attitude violente, envers lui-même et envers les autres. Les stéroïdes anabolisants, par exemple, sont connus pour provoquer ce type de réaction.
- Lorsque ces produits prennent une place prépondérante dans la vie du consommateur. Si le consommateur commence à se déprécier, à se dire qu'il ne serait capable de rien sans ces produits et qu'ils sont indispensables à sa réussite, c'est qu'il y a un réel problème. On demande alors au produit d'affronter nos propres responsabilités.
Il semble nécessaire de bien insister sur le fait qu'il ne sera pas question par la suite de situations pathologiques, simplement de conduites dopantes et parfois de dopage.

 

Sommaire