Dépistage de l'hépatite C : la Haute autorité de santé favorable aux tests rapides

Afin de renforcer le dépistage de l'hépatite C auprès des personnes éloignées des structures de soin, la HAS souhaite élargir l'offre de dépistage.

Dépistage de l'hépatite C : la Haute autorité de santé favorable aux tests rapides
© benjaminnolte - Fotolia.com

Alors que de nouveaux traitements permettent aujourd'hui de guérir de l'hépatite C, le dépistage demeure un frein de taille à la prise en charge des malades. Et pour cause : en France, la moitié des personnes porteuses du virus de l'hépatite C ignorent leur statut. "On a beau avoir des traitements efficaces, si on ne dépiste pas les patients, on ne peut pas les guérir !", nous confiait récemment le Pr Marcellin, hépatologue à l'hôpital Beaujon à Clichy (Hauts-de-Seine). 

Afin de diversifier l'offre de dépistage, la Haute autorité de santé (HAS) vient de rendre un avis positif pour la mise en place de tests rapides (les TROD). Des tests d'utilisation simple et aux résultats rapides : une simple goutte de sang prélevée au bout du doigt permet de savoir si l'on est porteur du virus.
L'objectif ? Toucher les populations les plus exposées, mais aussi les moins dépistées : les personnes précaires éloignées des systèmes de soins, les usagers de drogue, les personnes originaires de pays très touchés par le virus de l'hépatite C ou encore la population carcérale. La HAS précise que ces tests ont vocation à compléter et non à remplacer les tests sanguins classiques (test Elisa), qui restent la méthode de référence. Aussi, "tout résultat positif au TROD devra faire l'objet d'une confirmation par un test Elisa", souligne la HAS.

Rappelons qu'un retard de diagnostic de l'hépatite C peut conduire à de graves complications, comme une cirrhose, voire un cancer du foie. Et ce, même en l'absence de symptômes. En effet, l'hépatite C est une maladie dite silencieuse qui touche près de 230 000 personnes en France et qui ne provoque aucun symptôme dans 80 % des cas. 

Lire aussi
En vidéo : mieux comprendre l'hépatite C