Le froid et les épidémies ont causé 6 000 décès supplémentaires l'hiver dernier

L'Institut de veille sanitaire (InVS) a enregistré une surmortalité durant l'hiver 2011-2012, en particulier chez les personnes âgées.

Le froid et les épidémies ont causé 6 000 décès supplémentaires l'hiver dernier
© Smithore_Fotolia

Si la période hivernale recense toujours davantage de décès que la période estivale, l'hiver 2011-2012 a été plus "meurtrier" que la moyenne. Dans son dernier bulletin, l'InVS indique qu'entre "le 6 février et le 18 mars 2012, un excès de près de 6 000 décès (+13 %) a été estimé, comparativement aux effectifs enregistrés les années précédentes." Cette surmortalité a particulièrement touché les plus de 85 ans, et le Sud de la France (région Paca). Elle n'est toutefois pas un record car un chiffre comparable a été noté lors de l'hiver 2008-2009.

Des causes pour l'instant mal connues

Selon les auteurs du rapport, l'évolution démographique (avec le vieillissement de la population), ne serait pas la seule responsable de ces chiffres. Pour les expliquer, les statisticiens citent plutôt la vague de froid intense qu'a connu la France entre le 1er et le 13 février 2012 et l'épidémie de grippe. La prédominance du virus grippal A (H3N2) connu pour toucher davantage les personnes âgées et sa très légère variation au cours de l'hiver, qui l'a rendu résistant à la vaccination, pourraient être les causes de cette surmortalité. Les autorités sanitaires ne peuvent toutefois pas encore attribuer une part de responsabilité à chacun de ces facteurs. Il faudra plus d'un an pour connaître les causes médicales précises des décès supplémentaires.

Source : InVS

A lire aussi