Aidant familial : le guide des démarches et des soutiens possibles Comment prendre un congé familial

Que ce soit pour quelques jours, quelques mois ou plus, vous occuper d'une personne malade risque fort de vous contraindre à suspendre vos activités professionnelles. Pour cela, vous n'êtes pas nécessairement contraint de démissionner. Vous avez peut-être la possibilité de prendre un congé familial.

  Le congé de solidarité familiale peut être utilisé lorsque vous vous absentez en raison de la gravité de l'état de santé d'un proche. Il s'agit d'un congé sans solde de trois mois maximum. Il peut être accordé lorsque la maladie concerne un ascendant, un descendant ou toute personne partageant votre domicile. Vous retrouvez votre emploi ou un emploi similaire à l'issue de ces trois mois, avec un salaire au moins équivalent.

 Le congé de présence parentale est valable lorsque vous devez vous occuper d'un enfant à charge, gravement malade, accidenté ou handicapé. Vous pouvez ainsi poser 310 jours sur 3 ans. Il s'agit là aussi d'un congé sans solde, mais vous pouvez parfois percevoir une allocation journalière de présence parentale, qui compense partiellement la perte de salaire.

 Le congé de soutien familial est plus ouvert que le congé de solidarité. Il vous permet de prendre un congé sans solde de trois mois, renouvelable dans la limite de un an, pour aider n'importe quel proche âgé dépendant ou handicapé. Pendant cette période, le maintien de votre emploi est garanti.

Sommaire