Les 10 commandements anticancer De fumer, tu t'abstiendras

ecrasez votre dernière cigarette pour respirer enfin à pleins poumons !
Ecrasez votre dernière cigarette pour respirer enfin à pleins poumons ! © iStockphoto/Thinkstock

Ce commandement est frappé au coin du bon sens, bien sûr. A moins d'avoir passé les cinquante dernières années sur une île déserte sans aucun moyen de communication, vous ne pouvez plus ignorer que le tabac, c'est mauvais pour la santé.
Entre autres multiples soucis, il est responsable d'une majorité de cancers du poumon, mais aussi de la bouche ou du larynx, par exemple. Rappelons au passage que les fumeurs passifs, c'est-à-dire les personnes non fumeuses qui vivent dans l'entourage d'un fumeur, voient également leur risque de développer ce type de cancer accru. Le tabagisme est responsable de 30 % des décès liés au cancer.

L'idéal, vous vous en doutez, c'est de ne jamais commencer à fumer. Mais comme nous ne somme pas tous infaillibles, vous pouvez, si le mal est fait, arrêter de fumer. Pour réussir, plusieurs conditions doivent être réunies.

 La motivation est un élément essentiel. Sans une véritable envie de vous arrêter, il y a peu de chance pour que l'opération soit couronnée de succès. Vous ne résisterez pas longtemps à l'appel de la cigarette !

 Essayez de choisir une période propice, calme, telle que les vacances par exemple. Si vous avez un projet à rendre dans deux semaines au boulot et que vous êtes stressé, ça n'est pas le moment !

 Vous pouvez choisir une méthode pour vous accompagner dans votre démarche : patchs nicotiniques, chewing-gums, consultation avec un tabacologue... A chacun son truc pour se sortir de ce mauvais pas !

Courage : vous constaterez rapidement que le sevrage tabagique, ça a du bon...

 Dès 20 minutes après la dernière cigarette, votre fréquence cardiaque redevient normale.

 Très rapidement, vous retrouvez le goût des aliments.

 Votre peau devient plus vive et retrouve son élasticité.

 Vos vêtements et vos cheveux ne sentent plus le vieux cendrier froid.

 Au fil des mois, vous devenez moins victimes de coups de froid.

 Vous êtes moins essoufflé, votre capacité respiratoire s'améliore.

 Après 5 ans d'arrêt, le risque de cancer du poumon est divisé par deux par rapport à votre période "fumeur".

Sommaire