Hyperthyroïdie : des traitements existent

Vous vous sentez nerveux, avez perdu du poids rapidement, vous avez souvent des palpitations et souffrez de tachycardie... Ces symptômes ressemblent à ceux de l'hyperthyroïdie. Petit point sur les traitements existants.

L'hyperthyroïdie touche environ 0,7 % de la population, les femmes étant les plus atteintes, en moyenne 10 fois plus que les hommes. Cette pathologie est due à une hypersécrétion de la glande thyroïde, dont le rôle normal est de réguler l'activité des cellules de notre corps. La production étant trop élevée, les cellules deviennent hyperactives, d'où la diversité des symptômes ressentis. Pas de panique, de nombreux traitements existent pour enrayer votre maladie.


Trois traitements de base

 Prescription de médicaments dits "antithyroïdiens" (de type néomercazole ou basdène). Ils empêchent la production d'hormones de manière transitoire. La durée du traitement est en moyenne de 18 mois, avec un temps de réglage variable suivant les personnes. Votre taux d'hormones thyroïdiennes sera contrôlé régulièrement et de manière précise, afin de pouvoir ajuster au mieux la quantité de molécules à administrer. Le plus souvent, on baisse progressivement la dose prescrite au fur et à mesure du traitement. Des béta-bloquants y sont souvent associés afin de contrôler au mieux la tachycardie résultante de la maladie.

  Irradiation de la thyroïde par de l'iode radioactif. Elle consiste à ingérer en une seule et unique fois une gélule contenant l'iode. Il n'y a pas de risque d'irradiation des autres organes car la thyroïde est la seule à glande à pouvoir capter de l'iode pour la production de ses hormones. Elle va l'absorber, induisant la destruction des cellules à l'origine de la surproduction. Les premiers effets sont ressentis progressivement. A plus ou moins long terme, la quantité d'hormones produite sera grandement diminuée.

 Ablation totale ou partielle de la thyroïde chirurgicalement. Cette technique permet une disparition des symptômes. Elle nécessite, en revanche, la prise d'hormones de synthèse pour remplacer la glande manquante. Cette solution est privilégiée pour des cas de goitres trop importants ou d'impossibilité d'appliquer le traitement médicamenteux dans des conditions optimales.

L'hyperthyroïdie la plus courante est la maladie de Basedow, qui atteint environ 1,6 % des femmes de 20 à 70 ans. Pathologie auto-immune, elle est caractérisée par l'apparition d'un goitre au niveau du cou, et par une atteinte oculaire à plus ou moins long terme. D'autres types d'hyperthyroïdies peuvent apparaître à la suite d'apparitions de nodules toxiques ou en cas de prise trop importante de médicaments iodés.

La non prise en charge de cette maladie peut entraîner des complications graves. Bien qu'elle ait une forme de papillon, la glande thyroïde n'est pas à prendre avec légèreté. Il ne faut donc pas hésiter au moindre doute à se faire dépister et à demander un conseil médical.