Activité physique : les Français sont hors-jeu

Selon une étude, 75% des Français ne bougent pas suffisamment dans leur vie quotidienne. Et les jeunes pratiquent de moins en moins d'activités sportives. Résultats.

Activité physique : les Français sont hors-jeu
© vladimirfloyd - Fotolia.com

En ce 12 juin, jour d'ouverture de la Coupe du monde de football au Brésil, une étude vient rappeler que les Français sont meilleurs supporters que sportifs. Moins d'un Français sur deux déclare en effet pratiquer une activité physique ou sportive, révèle une enquête de l'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport (Irmes). Plus inquiétant encore, les Français sous-estiment le rôle préventif de l'activité physique dans l'apparition de maladies graves. Ainsi, seules 44 % des personnes interrogées pensent que l'activité physique ou sportive peut jouer un rôle dans la prévention du cancer et 52 % dans la prévention des maladies neurodégénératives. 
10 000 pas par jour. Les bénéfices de l'activité physique "au moins 30 minutes par jour", ne sont plus à démontrer. Pourtant la sédentarité progresse en Europe et encore plus en France, relève le Pr Jean-François Toussaint, directeur de l'Irmes. Aujourd'hui en effet, seuls 25 % de Français font figure de bons élèves en parcourant au moins 10 000 pas par jour, soit le seuil recommandé par l'OMS pour être en bonne santé. Les 75 % restants sont donc trop peu actifs (46 %), voire sédentaires (29 %) pour ceux qui effectuent moins de 5000 pas par jour. L'enquête révèle par ailleurs que les week-ends sont même moins propices aux efforts physiques : les Français réalisent en moyenne 10 % de pas de moins par rapport à la semaine.  
Les jeunes de plus en plus sédentaires. Autre enseignement de ce sondage : la situation est encore plus alarmante du côté des adolescents, en particulier au moment de l'entrée au lycée. Globalement, les jeunes sont de plus en plus en sédentaires et pas moins de 41 % d'entre eux (collégiens ou lycéens) ne pratiquent aucune activité physique. Et côté marche, la situation est loin d'être satisfaisante : en moyenne, les 11 à 17 ans effectuent exactement 7 600 pas/jour, soit en-dessous du seuil des 10 000 pas. Et sans surprise, "le temps passé devant un écran impacte de manière significative l'activité des adolescents", précisent les auteurs de cette enquête. 
Manque de temps, manque d'envie. Comment expliquer un tel désamour des jeunes pour l'activité physique ? Les adolescents citent avant tout le manque d'envie et de motivation (31 %) devant un emploi du temps trop chargé (23 %). Les parents, eux, pointent en premier le manque de temps de leurs ados (37 %) bien plus que le coût que peut représenter un sport (19 %). Ce manque de temps évoqué par les parents peut expliquer, au moins en partie, la différence d'activité entre les collégiens et les lycéens, la "pression" scolaire augmentant avec les années. Pourtant, la pratique régulière d'un sport a non seulement des effets positifs sur la santé des jeunes, mais en plus, ses bienfaits sont également indéniables sur le plan psychologique et social. "Et au-delà de ses effets immédiats sur la santé, le niveau de pratique de l'adolescent prédit le niveau de pratique du futur adulte", remarquent les auteurs de l'étude. Pour motiver les adolescents, l'enquête montre enfin l'importance de l'exemple parental : un enfant dont le parent est sportif a plus tendance à prendre du plaisir à pratiquer une activité physique. Et vice versa. Encore une bonne raison de s'y mettre !

Lire aussi