Comment le stress chronique mène au burn-out

Si le stress a au départ une fonction positive de défense face aux dangers, il peut devenir nuisible lorsqu'il s'accumule. Explications de Delphine Goldsztejn, hypnothérapeute et sophrologue.

Comment le stress chronique mène au burn-out
© Ion Chiosea - 123 RF

La fonction du stress est, au départ, de faire en sorte que le corps s'adapte en mobilisant les ressources nécessaires pour affronter le danger. Par exemple, lorsqu'il faut fuir, l'organisme va se focaliser sur la circulation de l'oxygène dans les membres. Le problème, c'est que les facteurs de stress sont aujourd'hui de plus en plus nombreux et que le "danger réel" n'est plus le seul facteur à provoquer cette réaction. Les explications de Delphine Goldsztejn, naturopathe, hypnothérapeute et sophrologue du réseau Medoucine.com.

Les 3 phases du stress

Hans Selye, pionnier des études sur le stress et ses conséquences chez l'humain, définit le stress comme un changement brutal qui survient dans les habitudes d'une personne et qui provoque des altérations psychiques et somatiques. Si l'on s'adapte au dit changement, c'est la fin de la réaction de stress. En revanche, si l'adaptation ne se fait pas, le sentiment de perte de contrôle induit par le stress perdure et c'est dans ce cas précis que l'on parlera de stress chronique

Hans Selye a constitué un schéma appelé Syndrome Général d'Adaptation qui se divise en trois phases. 

  • La première phase est une phase d'alarme et engendre une réaction immédiate : fuir, se battre ou se pétrifier. 
  • La seconde phase est une phase dite de résistance, il s'agit d'une phase où le corps s'adapte à la situation. Cette adaptation a néanmoins un prix puisque énormément d'énergie va être puisé dans le corps pour faire face au stress. 
  • La troisième phase est la phase d'épuisement. Le corps ayant épuisé toutes ces ressources en seconde phase, il devient à présent vulnérable.

Le corps à rude épreuve

Les conséquences du stress chronique se constatent tant au niveau psychologique que physiologique. Ainsi, en phase d'alarme, la digestion ralentit. Les fonctions cognitives fonctionnent également moins bien. En effet, si le pic d'adrénaline permet d'augmenter la vigilance, il perturbe la réflexion. On observe par ailleurs une augmentation du glucose et de l'oxygène afin de générer plus d'énergie, ce qui augmente le rythme cardiaque, la tension artérielle, et la température du corps. 

En phase de résistance, que l'on appelle aussi burn-in, on fera face à une importante sécrétion de glucose et de cortisol. C'est pour cette raison que les personnes souvent confrontées au stress vont parfois avoir tendance à grossir. 

Enfin, en phase d'épuisement, appelé burn-out, les ressources du corps sont totalement épuisées ce qui provoque parfois des malaises. Au niveau du métabolisme, on constate alors une hyperactivité du système nerveux autonome qui sert notamment à réguler la digestion, la pression artérielle, la respiration... Ce sont tous ces dérèglements provoqué par le stress, qui peuvent engendrer des effets dévastateurs sur le corps. A terme en effet, le stress chronique favorise l'apparition de pathologies, telles que l'hypertension et les pathologies cardiovasculaires (infarctus, AVC), mais aussi le diabète ou encore certaines pathologies auto-immunes.

Attention à la déprime quand le cortisol s'effondre

Côté psychologique, le corps fait face, dès la seconde phase, à un trop-plein de cortisol qui génère de l'anxiété et des symptômes dépressifs. En dernière phase, l'épuisement en cortisol consommé durant la seconde phase génère une véritable dépression. Plus ancrée, accompagnée d'une sensation de fatigue continue, voire à un épuisement physique, elle peut conduire à un burn-out.

Le stress chronique peut donc conduire à une dégradation de l'état de santé. C'est pour cela que l'on conseille d'agir à travers des techniques de gestion du stress comme la sophrologie, et ce, dès les premiers signes d'alarme (accélération du cœur, de la respiration, sensation de perte de contrôle, déprime...). Il est indispensable d'agir rapidement, via un accompagnement médical adapté.

© Medoucine

Retrouvez Delphine Goldsztejn, naturopathe, hypnothérapeute et sophrologue du réseau Medoucine.com, le réseau des praticiens de confiance.

Lire aussi