Lévothyrox : un nouveau médicament disponible le 16 octobre

L'Agence du médicament dresse le bilan des effets indésirables liés au nouveau Lévothyrox. Et annonce l'arrivée en pharmacie le 16 octobre prochain d'un nouveau médicament.

Lévothyrox : un nouveau médicament disponible le 16 octobre
© CHAMUSSY - SIPA PRESS

L'Agence du médicament a confirmé, mercredi 11 octobre, l'arrivée prochaine en pharmacie de nouveaux médicaments pour soigner les troubles de la thyroïde. Cela fait suite au remplacement en mars dernier du Lévothyrox, par un médicament de substitution (L-Thyroxine) mal supporté par un certain nombre de patients. Aussi, et en accord avec les associations de patients, Agnès Buzyn avait annoncé une diversification des alternatives au Lévothyrox. Autrement dit, il s'agit à terme de permettre aux patients de bénéficier de plusieurs médicaments afin de choisir celui qui leur convient le mieux.

Deux médicaments seront disponibles de manière durable en pharmacie : L-Thyroxin Henning du laboratoire Sanofi le 16 octobre prochain et un autre au mois de novembre. Sont concernés les patients traités pour des troubles de la thyroïde et notamment ceux présentant des effets indésirables persistants. La nouvelle formule du Lévothyrox du laboratoire Merck reste en effet disponible aux patients qui ne rencontrent pas de problèmes de tolérance. Ces derniers n'ont pas besoin de changer de traitement, rappelle l'ANSM. De même que ceux "qui sont stabilisés ou en cours de stabilisation avec celle-ci." Enfin, la L-Thyroxine Serb en solution buvable en gouttes, commercialisée en France depuis 2008, peut également être une alternative thérapeutique au cas par cas. Dans tous les cas, les patients ne doivent jamais arrêter ou modifier leur traitement sans avis médical. En revanche, le Lévothyrox (Euthyrox), de retour en pharmacie début octobre, est bien amené à disparaître. Il s'agissait d'une solution temporaire. En outre, les stocks étant limités, il est réservé "en dernier recours et en renouvellement pour les patients déjà traités" précise l'ANSM. 

15 000 signalements d'effets indésirables. Rappelons que le changement de formule portait sur les excipients et non sur le principe actif. Des modifications qui a priori ne modifient ni l'efficacité, ni le profil de tolérance du patient. Reste que les témoignages des patients quant aux effets secondaires sont bien réels et suffisamment nombreux pour questionner. Les premiers résultats d'une enquête, réalisée entre fin mars et le 15 septembre 2017, ont été présentés lors du Comité technique de pharmacovigilance (CTPV) du 10 octobre 2017 à l'ANSM. Quels sont-ils ? Près de 15 000 signalements ont été enregistrés parmi les 2,6 millions de patients traités avec ce médicament, soit 0,6%. Parmi eux, 5062 cas "graves", c'est-à-dire déclarés comme ayant des conséquences sur la vie familiale, professionnelle ou sociale, ont pu être identifiés. Les effets les plus fréquemment rapportés sont la fatigue, les maux de tête, l'insomnie, les vertiges, les douleurs articulaires et musculaires et la chute de cheveux, énumère l'ANSM, avant de préciser qu'il s'agit d'effets habituels qui témoignent "d'un déséquilibre thyroïdien en lien avec le changement de traitement". En revanche, "aucun effet indésirable d'un type nouveau, qui serait spécifique de la seule nouvelle formule, n'a été retrouvé". En clair, le changement de formule aurait un impact sur l'équilibre hormonal des patients. Autrement dit, cela signifie qu'un délai serait nécessaire pour réajuster le dosage et ainsi permettre au patient de retrouver un traitement adapté. Mais de cela, les patients n'ont semble-t-il pas été suffisamment informés.

Le numéro vert d'information (0.800.97.16.53 ) est accessible du lundi au vendredi de 9 heures à 19 heures pour répondre aux questions des patients. Pour déclarer tout effet indésirable : www.signalement-sante.gouv.fr

Lire aussi