Le gouvernement lance un nouveau site pour s'informer sur l'autisme

Prévu dans le cadre du 3e Plan autisme, il a pour objectif de dépasser les préjugés autour de l'autisme. Mais des associations jugent "indigne" le budget alloué à la création de ce site.

Le gouvernement lance un nouveau site pour s'informer sur l'autisme
© Maria Dubova - 123 RF

Foire aux questions, annuaires, informations pratiques… Cet espace d'information dédié à l'autisme lancé par le gouvernement a pour objectif de délivrer des informations fiables au grand public, tout en luttant contre les stéréotypes à l'égard des enfants et adultes autistes. Un comité scientifique, composé d'une quinzaine de membres -chercheurs, médecins, experts- ainsi que des associations, des Centres de ressources autisme (CRA) et des proches d'autistes ont collaboré à sa conception.

Le site www.autisme.gouv.fr est en réalité un dossier, intégré directement sur le site du ministère de la Santé. Il se compose de quatre grandes catégories: "qu'est-ce que l'autisme ?", "j'ai des doutes", "le diagnostic", et "vivre avec l'autisme", inspirées des recherches les plus fréquentes sur les moteurs de recherche.

"Les troubles du spectre de l'autisme sont mal connus du grand public, et font l'objet d'une information disparate, incomplète, quand elle n'est pas tout simplement erronée. Ce portail doit être l'entrée privilégiée de toutes celles et ceux qui cherchent à en savoir plus sur les troubles du spectre de l'autisme, sur les diagnostics, et sur toutes les différentes formes d'accompagnement", a déclaré Ségolène Neuville.

Les associations indignées. Prévu dans le cadre du 3e Plan autisme et doté d'un budget spécifique de 300 000 euros, ce site doit permettre de combattre un certain nombre d'idées reçues et contribuer à modifier le regard du public sur les personnes autistes, précise le communiqué de presse du ministère des Affaires sociales et de la Santé.

Mais les associations SOS Autisme France et Vaincre l'autisme, dénoncent un budget "indigne". Selon elles, la priorité n'était pas de faire un site web, alors que ces informations sont "déjà présentes sur la plupart des sites associatifs".  "Les familles d'enfants autistes ont aujourd'hui besoin d'une prise en charge adaptée gratuite, d'une intégration scolaire et sociale ainsi que d'AVS (auxiliaire de vie scolaire ndlr) formées et titularisées", lancent ces associations dans un communiqué de presse commun.

En avril dernier, les associations avaient déjà critiqué le clip de sensibilisation lancé par le gouvernement à l'occasion de la journée de sensibilisation à l'autisme. Elles déploraient en effet que le jeune garçon qui apparaît dans ce clip soit un comédien et non un enfant autiste, qui aurait pourtant été capable de s'exprimer et de jouer la comédie. 

Lire aussi