Barnabé, l'appli qui accompagne les enfants diabétiques par le jeu

Pédagogique et ludique, la nouvelle application mobile, "Barnabé a un diabète", aide les jeunes patients à mieux suivre leur pathologie au quotidien.

Barnabé, l'appli qui accompagne les enfants diabétiques par le jeu
© Sanofi

L'application mobile "Barnabé a un diabète", créée par la maison d'édition E-toiles et l'association AJD (Aide aux jeunes diabétiques) en partenariat avec Sanofi, est lancée à l'occasion de la journée mondiale du diabète, le 14 novembre. Gratuite, elle est spécialement élaborée pour les enfants âgés de 3 à 6 ans atteints de diabète, leurs parents et l'entourage. Son objectif : les aider à mieux comprendre la maladie par le jeu et les accompagner au quotidien.

Apprendre en s'amusant. L'application est simple d'usage, illustrée et ludique. Grâce à un petit ourson, auquel il peut s'identifier, l'enfant apprend en s'amusant, que ce soit par le biais d'histoires courtes, de jeux ou de quiz adaptés à son âge. De multiples sources d'informations, y compris sous forme de vidéos et dédiées aux parents, complètent l'espace enfant. Des passerelles pédagogiques font par ailleurs le lien entre ces deux espaces sous forme d'un "tracé d'humeur" et permettent d'échanger avec l'enfant sur ses émotions du moment.

L'enfant diabétique : un quotidien chamboulé. Le diabète de type 1 survient le plus souvent pendant l'enfance de manière brutale. Cette forme de diabète qui touche 10 % des diabétiques se différencie ainsi du diabète de type 2, dont l'apparition est au contraire progressive sur plusieurs années. Son incidence est en augmentation chez les enfants, en particulier chez les moins de 5 ans. Le diabète de type 1 étant insulinodépendant, il nécessite un traitement à vie, par insuline. En outre, le diagnostic est généralement rapide à la suite de signes caractéristiques : l'enfant boit et urine en grandes quantités, parfois il est sujet à une énurésie brutale.

La sévérité de la pathologie, associée à ce diagnostic rapide, bouleverse généralement le quotidien des familles. Aussi, la pédagogie et le soutien sont indispensables pour expliquer le fonctionnement du corps et accompagner enfants et parents sur les traitements. Il s'agit d'acquérir un nouveau mode de vie : de nouvelles habitudes alimentaires, l'auto-surveillance de la glycémie, la mise en place du traitement.  Des contraintes, qui seront d'autant mieux acceptées, qu'elles seront bien comprises. "L'usage d'une piqûre peut être perçue comme une "méchanceté, soulignait le docteur Marc de Kerdanet, interrogé par Le JournaldesFemmes, lors d'un précédent dossier. Il est donc essentiel que l'enfant saisisse que ce geste est bienveillant. Pour cela, il faut lui expliquer et le rassurer."

Lire aussi