Zika : un premier cas de microcéphalie en Europe

Une femme espagnole porteuse du virus Zika a donné naissance au premier bébé d'Europe atteint de microcéphalie liée à ce virus.

Zika : un premier cas de microcéphalie en Europe
© masuti - 123 RF

"Le bébé va bien d'un point de vue clinique, ses fonctions vitales sont normales et stables", a déclaré lors d'une conférence de presse Félix Castillo, directeur du service de néonatalogie de l'hôpital Vall d'Hebron de Barcelone (nord-est). Mais "il a une circonférence crânienne en-dessous de la normale" et "il est atteint de microcéphalie", a-t-il précisé, rapporte l'AFP.

La mère du bébé avait contracté le virus Zika lors d'un voyage dans un pays d'Amérique latine. L'Espagne se trouve de fait en première ligne car près de 21 % des étrangers qui y habitent viennent de cette zone, avec laquelle ils gardent des liens étroits.

La semaine dernière, la ville de New York aux Etats-Unis, enregistrait aussi un premier cas de microcéphalie chez un enfant dont la mère avait été infectée par le virus Zika pendant la grossesse. De plus, selon le Centre de contrôle des maladies (CDC), douze cas de naissances d'enfants présentant des malformations liées à Zika avaient été répertoriés aux Etats-Unis au 14 juillet.

Le virus Zika est présent dans la quasi-totalité des pays d'Amérique latine mais le Brésil, qui attend des milliers de visiteurs pour les Jeux olympiques début août, est particulièrement touché. Dans ce pays, 1,5 million de personnes ont été infectées et 7 343 cas de microcéphalie ont été rapportés, dont 1 271 sont confirmés et 57 se sont avérés mortels. Selon une étude parue le 25 juillet sur Nature Microbiology, on s'attend à ce que des "dizaines de milliers" de bébés puissent encore être touchés.

Faut-il s'inquiéter ? Rappelons que le virus Zika est transmis par le moustique Aedes aegypti, un cousin du moustique tigre. Si la maladie Zika est "bénigne", dans la plupart des cas, des complications peuvent apparaître, notamment des malformations chez les nourrissons dont la mère a été infectée pendant la grossesse, en particulier un sous-développement du cerveau et de la boîte crânienne (microcéphalie). Les autorités sanitaires mondiales considèrent donc que le risque est sérieux pour les femmes enceintes du fait que le virus peut provoquer ces malformations irréversibles à la naissance.

Le message des autorités de santé est donc le suivant : les femmes enceintes et les femmes qui souhaitent avoir un enfant doivent reporter leur voyage dans les zones où la transmission du virus Zika est active. Par ailleurs, sur place, les femmes enceintes doivent se protéger des moustiques et éviter tout rapport sexuel non protégé pendant toute la durée de la grossesse.

La transmission du virus par voie sexuelle est en outre prouvée. "On sait que le virus peut se retrouver dans le sperme et être un vecteur potentiel d'infectionnous avait précisé Marie-Claire Paty à l'occasion d'un entretien. On a aussi la preuve d'une possibilité de transmission au sein de couples, de l'homme vers la femme, lorsque le partenaire masculin a voyagé au préalable dans une zone où circulait le virus." .

Lire aussi