Zika : que sait-on de la transmission sexuelle ?

Le principal mode de transmission du virus reste la piqûre de moustique infecté. Mais compte tenu du potentiel risque d'infection par voie sexuelle, les autorités sanitaires recommandent aux personnes de retour de pays où sévit le Zika d'utiliser des préservatifs.

Zika : que sait-on de la transmission sexuelle ?
© akilrolle - 123 RF

[Mise à jour, 28/02] Pour la première fois, le virus Zika a été transmis en France par voie sexuelle, et non par une piqûre de moustique, a confirmé, samedi 27 février, Marisol Touraine. Il s'agit d'une femme (non enceinte) contaminée par son compagnon, qui revenait du Brésil. Son état de santé n'a toutefois pas nécessité d'hospitalisation. Rappelons que le virus Zika est dans la plupart des cas bénin. C'est seulement lorsqu'il touche des femmes enceintes, qu'il nécessite une surveillance accrue, en raison des risques de malformation chez les nouveaux nés.

Le 24 février dernier, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) aux Etats-Unis ont par ailleurs annoncé enquêter sur 14 cas suspects d'infection par le virus Zika par voie sexuelle. Dans tous les cas, il s'agit de femmes, dont certaines sont enceintes. D'après les informations disponibles, aucune de ces patientes n'a voyagé dans les pays touchés par l'épidémie, contrairement à leurs partenaires. Ce qui semble indiquer une possible transmission sexuelle de l'homme vers la femme. Des tests sont toujours en cours.

Le virus Zika peut-il se transmettre par voie sexuelle ?

Impossible de répondre formellement à cette question. Pour l'heure, l'OMS estime qu'une transmission sexuelle est "possible". De son côté, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) évoque dans un rapport du 19 février une transmission "probable", même si les dernières données scientifiques disponibles sont à ce jour "trop peu nombreuses pour évaluer son importance dans la transmission du Zika." Reste que même si transmission sexuelle il y a, elle est probablement "négligeable", précise le HCSP. La transmission du virus se fait en effet principalement par le biais des piqûres de moustique du genre Aedes.

Quels sont les cas de transmission sexuelle dont on dispose ?

Il existe seulement deux cas signalés de façon certaine. La première observation concerne un couple américain du Colorado en 2008. Le mari, qui avait contracté l'infection Zika au Sénégal, a déclaré la maladie 6 jours après son retour. Pendant ce laps de temps, sa femme a été contaminée à son tour. Le seul facteur de risque pouvant expliquer la contamination est l'existence de relations sexuelles. Un autre cas a été signalé en janvier 2016 au Texas chez une femme dont le partenaire sexuel revenait d'un voyage au Venezuela.

Combien de temps le virus reste-t-il dans le sperme ?

Le virus apparaît dans le sperme avant même l'apparition des symptômes (au moins 5 jours avant) et persiste au moins 18 jours après, selon le HCSP. A noter que pour l'heure, l'OMS ne recommande pas le dépistage en routine du virus Zika dans le sperme.

Comment peut-on s'en protéger ?

Même s'il existe une incertitude sur la transmission sexuelle de Zika, les autorités sanitaires estiment qu'elle doit être prise en considération, par précaution, dans les zones où le virus circule. L'objectif majeur étant de prévenir la survenue de microcéphalies suite à une infection de la mère, par le virus Zika, contractée pendant la grossesse.

  • Toutes les personnes qui ont été infectées par le virus Zika et leurs partenaires sexuels, notamment les femmes enceintes, doivent être informées des risques de transmission sexuelle du virus et avoir accès aux préservatifs.
  • Les femmes qui ont des rapports sexuels non protégés et pensent qu'elles peuvent avoir été infectées doivent avoir accès aux services de contraception d'urgence si elles ne souhaitent pas tomber enceintes.
  • Les partenaires sexuels des femmes enceintes qui vivent dans des zones de transmission locale avérée du virus Zika ou en reviennent doivent avoir des pratiques sexuelles à moindre risque ou s'abstenir de tout rapport (pendant toute la durée de la grossesse).
  • Les femmes enceintes doivent éviter tout rapport sexuel non protégé pendant toute la durée de la grossesse et consulter rapidement en cas de signes évocateurs d'une infection Zika.
  • Celles qui ont un projet de grossesse, doivent envisager une contraception pendant la durée de l'épidémie.

En savoir plus : questions / réponses, OMS, (25 février 2016).

Lire aussi