Déos, gels douches, crèmes... Comment éviter les composés toxiques ?

Allergènes et perturbateurs endocriniens se retrouvent trop souvent dans les produits cosmétiques que nous utilisons quotidiennement, s'alarme l'UFC-Que Choisir.

Déos, gels douches, crèmes... Comment éviter les composés toxiques ?
© goodluz - 123RF

Après l'étude de l'ONG Women in Europe for a Common Future (WECF), qui dénonçait la semaine dernière, la présence de substances potentiellement dangereuses ou allergènes contenues dans près de 90% des cosmétiques pour bébés, c'est au tour de l'association UFC-Que Choisir de monter au créneau. Selon elle, ce sont 185 produits cosmétiques utilisés quotidiennement par les petits et les grands, et vendus en grande surface, qui contiennent des substances "préoccupantes". L'information n'est pas nouvelle. Mais "malgré les alertes répétées des toxicologues et des dermatologues, les fabricants n'ont toujours pas changé leurs pratiques", constate l'association. Aussi, dans un souci d'information des consommateurs, elle propose une carte repère avec les 12 substances les plus à risque à éviter.

Quelles sont les substances à éviter ?

Dentifrices, déodorants, crèmes pour le visage, après-rasages, soins pour les cheveux, gels douches... Selon l'UFC-Que Choisir 185 produits cosmétiques courants contiennent des substances préoccupantes. De quoi s'agit-il ? D'abord, les composés allergisants, relevés dans 62 produits sur 185. Il s'agit majoritairement des MIT (55 produits sur 185 en contiennent). Mais aussi, les perturbateurs endocriniens, identifiés dans 101 produits sur 185. 

La MIT pour méthylisothiazolinone. Les industriels ont commencé à utiliser ce conservateur à partir de 2005 pour remplacer les parabènes, tombés en disgrâce aux yeux de l'opinion publique (mais toujours autorisés par l'Union européenne). Ces derniers étant suspectés d'être des perturbateurs endocriniens, donc d'avoir des effets sur la fertilité et sur certains cancers hormono-dépendants (cancer du sein notamment), le "sans parabène" est devenu un argument commercial. Le problème, c'est que le conservateur désormais utilisé, la MIT, est allergisant. En somme, on a remplacé un composé toxique par un autre composé toxique. La MIT serait ainsi responsable d'une augmentation des cas d'allergies et d'eczéma de contact, observés ces dernières années.

Les perturbateurs endocriniens

- 44 recèlent un filtre UV (l'éthylhexyl-methoxycinnamate), "totalement inutile dans des eaux de toilette, des démaquillants ou des produits capillaires", selon l'UFC-Que Choisir.

- La présence du conservateur phénoxyéthanol retrouvé dans certaines lingettes pour bébé des marques Bébé Cadum, Mixa, Nivea, Pampers, etc., est également préoccupante. D'autant plus que l'Agence du médicament (l'ANSM) a recommandé en 2012 de ne plus l'utiliser dans les produits destinés à nettoyer les fesses du bébé et de réduire la teneur maximale à 0,4 % pour les enfants de moins de 3 ans.

5 conseils 

* Armez-vous d'une loupe et scrutez la liste (voir ci-dessous) des composants afin d'éviter allergisants et conservateurs. 

* Méfiez-vous des mentions faussement rassurantes, comme "hypoallergénique" ou "sans parabène". En effet l'UFC relève que la mention "hypoallergénique", qui figure sur le lait de toilette "Mots d'enfants" de Leclerc, la "Crème pour le change" de Corine de Farme ou encore sur les nettoyants féminins "Physélia Intimate", n'est pas adaptée, car elle y a relevé la présence de MIT.

* Evitez d'utiliser ces produits sur des bébés et enfants de moins de 3 ans. Par exemple, l'utilisation de liniment ou simplement d'eau savonneuse est préférable aux lingettes pour nettoyer les bébés.

* Evitez les cosmétiques contenant des conservateurs et du parfum si vous êtes allergique. Préférez les produits à base d'eau thermale, plus doux pour la peau.

Vers une réglementation plus stricte ?

La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, a réaffirmé la semaine dernière, son soutien à l'interdiction de la MIT dans les produits cosmétiques destinés à rester sur la peau, comme les lingettes pour bébé, ainsi qu'à une diminution de la dose autorisée pour les autres produits cosmétiques, comme le recommande l'Anses. La ministre a de plus annoncé qu'elle demandera au Commissaire européen à la santé qu'elle rencontre le 3 mars prochain, "une révision rapide des exigences européennes dans le cadre du règlement cosmétique, ainsi que pour une révision de la classification pour MIT."

Liste des substances à éviter (source : UFC-Que Choisir)
A éviter scrupuleusement avant 3 ans et chez les femmes enceintes Types de substance
Ammonium Lauryl Sulfate Irritant
Benzophenone-1 et benzophenone-3 Perturbateur endocrinien
BHA Perturbateur endocrinien
Butylparaben, potassium ou sodium butylparaben Perturbateur endocrinien
Cyclopentasiloxane et tetrapentasiloxane Perturbateur endocrinien
Ethylhexyl methocycinnamate Perturbateur endocrinien
Methylchlorométhylisothiazolinone et methylisothiazolinone Allergènes
Phenoxyethanol Toxique pour le foie
p phenylenediamine Allergène
Propylparaben, potassium ou sodium propylparaben Perturbateur endocrinien
Sodium Lauryl Sulfate Irritant
Triclosan Perturbateur endocrinien

 

Lire aussi