Virus Zika et grossesse : "on pense que le risque est plus important au 1er trimestre"

L’arrivée du virus Zika s’accompagne d’une augmentation de malformations néonatales, notamment au Brésil. Quels sont les risques pour les femmes enceintes ? Comment se diagnostiquent les microcéphalies ? Le point avec 3 experts brésiliens interrogés par le JournaldesFemmes.com brésilien.

Virus Zika et grossesse : "on pense que le risque est plus important au 1er trimestre"
© auremar

Si le virus Zika est bénin dans la plupart des cas, il suscite l'inquiétude des autorités de santé. L'OMS a même décrété que le virus Zika constituait une "urgence de santé publique de portée mondiale". Car ce qui est préoccupant, c'est que l'arrivée du virus, notamment au Brésil, s'est accompagnée d'une augmentation inhabituelle des cas de microcéphalie chez les nouveau-nés. Il s'agit d'une anomalie rare du nourrisson qui se manifeste par une petitesse excessive de la tête. Elle est due au développement anormal du cerveau de l'enfant dans l'utérus ou au cours de la petite enfance. Pendant la croissance, les nourrissons et les enfants atteints de microcéphalie présentent souvent des troubles du développement du cerveau. Selon l'OMS, le lien entre ces malformations congénitales et le virus est "fortement suspecté".

Le JournaldesFemmes brésilien, A Revista da Mulher, a interrogé trois médecins de l'Hôpital Sao Luiz (Sao Paulo) au Brésil : le Dr Paulo Breinis, neurologue, le Dr Javier Miguelez, gynécologue obstétricien,  et Raquel Muarrek, infectiologue. Ils reviennent sur les liens entre le virus et les microcéphalies, mais aussi sur les moyens pour prévenir et diagnostiquer ces malformations chez les bébés.

Quelle période de la grossesse est-elle la plus à risque de contamination par Zika ?

Il n'y a pas d'études scientifiques qui font le lien entre la période de gestation et une plus forte incidence de contamination par le virus. Néanmoins, par analogie avec d'autres virus et des infections congénitales en général, on pense que le premier trimestre présente plus de risques pour l'enfant.

Comment les futures mères peuvent-elles se protéger du virus Zika ? 

D'abord, il faut éviter de voyager dans des zones endémiques lorsqu'on est enceinte. Ensuite, il est recommandé d'utiliser des insecticides (adaptés aux femmes enceintes) et de porter des pantalons et blouses à manches longues pour diminuer les zones du corps exposées. Enfin, il est conseillé d'installer des écrans de protection sur les fenêtres et les portes ainsi que des moustiquaires sur les lits. Le répulsif le plus fréquemment utilisé est Icaridine (Exposis) du fait qu'il a une durée de protection de 10 heures, soit plus longue que les autres produits.

Quels sont les symptômes chez une femme enceinte infectée par Zika ?

Le plus souvent, l'infection est asymptomatique. Seulement 18% des personnes infectées présentent des symptômes qui sont une fièvre légère, des taches rouges sur la peau, une conjonctivite et des maux de tête.

Quelle est la différence entre le virus Zika et la dengue?

Le virus Zika n'affecte généralement pas les plaquettes sanguines, contrairement à ce que l'on observe dans les cas de dengue. Une autre différence est le risque de saignement qui existe uniquement chez les patients touchés par la dengue.

Les microcéphalies peuvent-elles être diagnostiquées lors des échographies ?

Oui, lors des échographies de routine. Les femmes enceintes qui vivent dans les zones endémiques peuvent faire des échographies supplémentaires si besoin. La microcéphalie est une malformation congénitale : les bébés naissent avec un cerveau dont la circonférence est plus petite que prévu, généralement moins de 33 cm. L'échographie permet d'évaluer la taille de la tête en fonction de la période de gestation. Par ailleurs, il est possible de multiplier les échographies, sans risque poru la grossesse.

Lire aussi

En Vidéo : le Brésil déconseille aux femmes de se rendre à Rio pour les JO