Méfiez-vous, ces pendentifs sont radioactifs

Censés apporter bien-être et sérénité à ceux qui les portent, ces bijoux énergétiques émettent des ondes radioactives, potentiellement cancérigènes. Explications.

Méfiez-vous, ces pendentifs sont radioactifs
© Autre

Ces pendentifs énergétiques sont largement vendus sur le web, en particulier au moment des fêtes de Noël. Si l'on pouvait être septique vis-à-vis de leurs prétendus bienfaits thérapeutiques (réduction des effets négatifs des ondes des téléphones portables, amélioration du système immunitaire, et même anti-cancer !), en tout cas, il y avait tout lieu de penser qu'ils étaient inoffensifs. Sauf que la Criirad, une association qui défend le droit à l'information sur la radioactivité, a mis en garde jeudi les consommateurs sur la vente en ligne de ces pendentifs. Et pour cause : ils s'avèrent en réalité radioactifs. Mais cela, les notices qui accompagnent ces bijoux ne le précisent pas. En revanche, elles préconisent de les porter de jour comme de nuit, par des adultes ou des enfants.

Irradiation de la peau. La Criirad a mené des analyses en laboratoire, qui ont révélé que les objets contrôlés avaient des niveaux de radioactivité naturelle anormalement élevés, les apparentant même à  du minerai radioactif. "Les concentrations en produits radioactifs des chaînes de l'uranium 238 et du thorium 232 sont de l'ordre de 100 fois à 10 000 fois supérieures à l'activité moyenne des sols", précise le communique de l'association. Le risque pour celui qui le porte, c'est l'irradiation de la peau, et potentiellement un risque plus élevé de cancer de la peau, même au travers d'un pull ou d'un tee-shirt. 

L'étude juridique qui a été réalisée montre de plus que la vente de ces produits est illégale : violation des dispositions du code de la santé publique (qui interdit tout ajout de radioactivité dans les parures, sans possibilité de dérogation) et du code de la consommation (qui interdit la vente de produits mettant en danger la santé des consommateurs et qui sanctionne les publicités trompeuses). Aussi, la Criirad a saisi la DGCCRF afin que toutes les mesures nécessaires soient prises pour stopper l'importation et la commercialisation de ces objets et procéder à la reprise des exemplaires déjà vendus.

L'association conseille enfin aux acheteurs de renvoyer leurs bijoux aux vendeurs et de demander un remboursement.

Pendentif énergétique.

Lire aussi