Réchauffement climatique : notre santé impactée

Alors que se déroule à Paris la conférence mondiale sur le climat, la COP21, l'OMS s’inquiète des multiples conséquences des changements climatiques sur la santé. Maladies respiratoires, cardiovasculaires, allergies… Quels sont les effets du climat sur la santé ?

Aboutir à un accord permettant de contenir le réchauffement global à 2°C est l'un des objectifs de la 21e Conférence sur les changements climatiques (COP21) qui se déroule à Paris jusqu'au 11 décembre 2015. Fonte des glaces, déforestation, sécheresse…. Le réchauffement de la planète modifie de plus en plus vite et de plus en plus profondément l'environnement. Avec des conséquences économiques, sociales, politiques, mais aussi de santé publique. D'autant plus que dans le même temps, d'autres facteurs (vieillissement de la population, urbanisation…) augmentent la vulnérabilité aux risques environnementaux. Il est évident que la plupart des pathologies ont de multiples causes et il est donc difficile d'évaluer la part spécifique des facteurs climatiques. Mais globalement, l'impact du climat sur la santé fait consensus, experts et médecins s'accordant à dire que le changement climatique a des effets directs et indirects sur la santé. A l'occasion de la COP21, Margaret Chan, Directeur générale de l'OMS a déclaré : "Les preuves sont accablantes : le changement climatique met en danger la santé humaine. Des solutions existent et nous devons agir avec détermination pour modifier cette trajectoire."

Ces changements ont des répercussions directes (exposition à une vague de chaleur). Mais aussi indirectes : par exemple, le changement climatique peut modifier la répartition géographique des moustiques vecteurs de pathologies infectieuses ou encore perturber la qualité de l'air et rendre les polluants plus allergènes.

Entre 2030 et 2050, le changement climatique pourrait entraîner près de 250.000 décès supplémentaires par an dont environ 38.000 dus à l'exposition à la chaleur des personnes âgées, 48.000 à la diarrhée, 60.000 au paludisme et 95.000 à la sous-alimentation des enfants, selon l'OMS. Avec un coût élevé : selon l'ONU, le coût des dommages directs pour la santé se situe entre deux et quatre milliards de dollars par an d'ici 2030.

Quel climat, demain ? Le changement climatique se traduit d'abord par un réchauffement : selon l'InVS, la température moyenne du globe a  augmenté de 0,85°C entre 1880 et 2012. Les observations montrent également une augmentation probable du nombre d'épisodes de précipitations extrêmes. En France métropolitaine, une hausse des températures moyennes comprise entre 0,6°C et 1,3°C est attendue sur la période 2021-2050 par rapport à 1976-2005, avec un réchauffement qui devrait être plus marqué dans le Sud-Est en été. Des froids extrêmes pourront cependant continuer à se produire. Quant aux précipitations, elles risquent d'être moins abondantes en été dans le futur. Ces changements sont attendus même si le réchauffement global reste limité à +2°C.

Pour y faire face, deux stratégies : la première, la prévention primaire, vise à réduire l'amplitude des changements climatiques et donc des risques sanitaires à venir, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Ces mesures prises aujourd'hui n'empêcheront pas le réchauffement en cours, mais devraient permettre de le limiter. La seconde, la prévention secondaire, vise à limiter l'impact de certains événements liés au changement climatique. Exemple : le plan national canicule en cas de fortes chaleurs.

Lire aussi