Plusieurs cas de grippe aviaire signalés en Dordogne

Des mesures préventives ont été immédiatement déclenchées après la découverte de cas de grippe aviaire dans le Périgord. Faut-il s'inquiéter ? Voici ce qu'il faut savoir sur le virus H5N1.

Plusieurs cas de grippe aviaire signalés en Dordogne
© Vladimir Gerasimov - Fotolia.com

[Mise à jour, 2/12/2015] Après la découverte d'un premier foyer de grippe aviaire la semaine dernière en Dordogne, à Biras, près de Périgueux, deux autres sites ont été signalés. Le préfet a donc ordonné l'abattage d'un millier d'oies dans le sud du Périgord, à Domme et de 14 000 canards dans le nord du département, à Saint-Paul-la-Roche.

La confirmation du cas d'influenza aviaire a été établie dans la soirée du mardi 24 novembre par l'agence nationale d'évaluation des risques (Anses) et la souche du virus a pu être identifiée, affirme un communiqué du ministère de l'Agriculture. "Il s'agit d'une souche H5N1 hautement pathogène pour les volailles. Le séquençage de la souche est en cours mais il semble s'agir d'une souche déjà détectée en Europe qui présentait jusqu'alors un profil faiblement pathogène."

C'est le premier cas de grippe aviaire identifié en France depuis 2007. Le virus H5N1 étant hautement pathogène, le ministre Stéphane Le Foll a immédiatement demandé à ses services d'activer le plan national d'intervention sanitaire d'urgence, conformément aux dispositions européennes et internationales. La Ministre de la Santé va également saisir l'Agence de l'alimentation (Anses), à titre de précaution, afin d'évaluer la dangerosité potentielle de la souche pour l'homme.

Quelles sont les mesures de protection mises en place ?

Pour éviter la propagation du virus, les volailles au contact du cas de grippe aviaire ont été abattues. En outre, des zones de protection et de surveillance ont été mises en place à des périmètres de 3 km et 10 km.

La grippe aviaire, c'est quoi ?

La grippe aviaire est une maladie virale qui sévit chez les oiseaux migrateurs et élevages de volailles. Elle provoque un fort taux de mortalité en raison d'une forte contagiosité. Elle peut se présenter sous différentes formes de souches (H5N1, H1N1, H7N9 et plus récemment H5N8) en raison de mutations régulières du virus. C'est cette multiplicité qui est dangereuse et qui complique la mise au point de vaccins et de traitements.

Faut-il s'inquiéter ?

La grippe aviaire est très bien surveillée par les autorités de santé et par l'OMS. Même si des cas de contamination humaine ont déjà été identifiés exceptionnellement (sur des hommes au contact d'élevages infectés), le réservoir principal du virus demeure l'oiseau. Pour l'heure, en France, il n'existe pas de transmission à l'homme du virus H5N1 et donc encore moins entre hommes. Il ne faut donc en aucun cas s'affoler, ni même arrêter de consommer de la volaille. En effet, le virus n'est pas transmissible à l'homme par la consommation de viande, œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire. 

Lire aussi