Diabètes de type 1 et 2 : quelles différences ?

Une fillette de 3 ans a récemment développé un diabète de type 2. Pourtant, les enfants diabétiques ont plutôt tendance à être concernés par le diabète de type 1. Le point sur ces deux maladies.

Diabètes de type 1 et 2 : quelles différences ?
© Andrey Popov

C’est un cas exceptionnel. Alors que les enfants sont plutôt touchés par le diabète de type 1, une fillette âgée de seulement trois ans est devenue la plus jeune patiente diabétique de type 2 connue. Touchant habituellement des adultes de plus de 40 ans, cette maladie est favorisée par l’obésité et l’absence d’activité physique. Le docteur Michael Yafi, pédiatre endocrinologue au Texas, qui a présenté ce cas, a d’ailleurs précisé que la petite fille suivait un régime saturé en calories et en graisses, et faisait 35 kg, soit deux fois plus que la moyenne. Elle est par ailleurs issue d’une famille obèse mais non diabétique. Mais quelle est la différence entre les diabètes de type 1 et type 2 ? Quels sont les symptômes ?…

Facteurs génétiques, sédentarité, surpoids... Le diabète de type 2 est le plus connu car il touche 90% des diabétiques. En général, cette maladie apparaît progressivement avec l’âge. Elle est due à une mauvaise utilisation de l’insuline par les cellules de l’organisme. Le foie d’une personne touchée par le diabète de type 2, se met en fait à fabriquer trop de sucre, si bien qu'il ne peut plus être assimilé et utilisé par les muscles. Le pancréas est alors débordé : il n’arrive plus à produire suffisamment d'insuline pour éliminer le sucre en excès dans le sang. Au début, ce diabète est asymptomatique. C'est seulement lorsque le taux de sucre dans le sang dépasse les 2 g/L que les premiers symptômes commencent à apparaître. Le diabète est alors déjà bien avancé. Différents facteurs tels que les antécédents familiaux, le surpoids et la sédentarité, augmentent le risque de développer ce type de diabète. Une personne touchée par ce type de diabète se voit d'abord prescrire des mesures hygiéno-diététiques puis des traitements anti-diabétiques oraux ou injectables.

Le diabète de type 1, une maladie auto-immune. Moins fréquent que le premier, le diabète de type 1 touche majoritairement les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. Parmi ceux qui sont diagnostiqués comme diabétiques, ils sont en effet 95% à 98% à être concernés par ce type de diabète. Apparaissant généralement à l’adolescence chez des personnes ayant des prédispositions génétiques, le diabète de type 1 est en fait une maladie auto-immune. En effet, les cellules du pancréas censées synthétiser l’insuline, sont détruites par les cellules immunitaires du diabétique. L’hormone n’est donc plus sécrétée. Or, l’insuline est la seule hormone capable de diminuer la glycémie sanguine. Pour pallier ce manque, une seule solution : apporter de l’insuline grâce à l’insulinothérapie. Avant d’arriver à ce stade, plusieurs symptômes doivent alerter les parents et les conduire à consulter au plus vite un médecin car cette maladie évolue très rapidement. Ils doivent être d’autant plus vigilants que la fréquence du diabète de type 1 a doublé en seulement 15 ans chez les moins de 5 ans. Ainsi, 25% des cas de diabète de type 1 concernent cette tranche d’âge alors qu’auparavant, cela était plutôt rare. Les deux principaux signes du diabète de type1 sont donc une grande soif et des urines abondantes et fréquentes. L’énurésie fait également partie des symptômes constatés. C’est ensuite la présence de glucose en quantité trop importante dans le sang ou dans les urines qui permettra de poser le diagnostic.

Lire aussi