Pour que baignade ne rime pas avec noyade

L’enquête NOYADES 2015 fait état de 3 décès par jour depuis le début du mois de juin. Conseils pratiques pour que les activités aquatiques ne tournent pas au drame.

Pour que baignade ne rime pas avec noyade
© Eléonore H

Vacances et fortes chaleurs de l’été : tous les éléments sont  réunis pour que le temps soit à la baignade. Celle-ci offre en effet l’occasion de rafraîchir son corps, de faire du sport mais aussi de s’amuser. Pourtant, la baignade ne doit pas être pratiquée sans avoir conscience des risques qui lui sont liés. En effet, l’Institut National de Veille Sanitaire (InVS) publie ce 16 juillet 2015 les premiers résultats de l’enquête NOYADES 2015. Celle-ci fait état de 275 noyades accidentelles en France depuis le 1er juin dont 109 ayant conduit à un décès, soit une moyenne de 3 noyades mortelles par jour.

Prudence pour tous les types de points d’eau et à tout âge. Suite à cette enquête, l’InVS précise que la vigilance doit être de mise dans tous les points d’eau. En effet, sur ces 109 décès, 34% ont eu lieu en mer, 24 % en cours d’eau, 21 % en piscine, 17 % en plan d’eau et 4 % dans d’autres lieux (baignoires, bassins…). Les jeunes et les personnes âgées sont les plus concernés avec 23 décès de jeunes de moins de 20 ans et 46 chez les plus de 65 ans.

36 décès de plus qu’en 2012. En comparasion à la dernière enquête NOYADES menée en 2012, l’InVS déplore une hausse des décès pour la même période, passant de 73 à 109. La raison de cette augmentation : le très beau temps et les fortes chaleurs enregistrées dernièrement, qui ont incité à plus de baignades que d’ordinaire.

Quels sont les bons gestes ? En réaction aux résultats préoccupants de cette enquête, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) a publié une brochure intitulée "Se baigner sans danger" rappelant les bons réflexes à adopter pour prévenir des accidents, quelle que soit l’activité nautique pratiquée.

Pour les enfants :

  • Baignez-vous en même temps qu’eux
  • Équipez-les de brassards (portant le marquage CE) s’ils savent mal nager, mais méfiez-vous des bouées et jeux flottants qui ne protègent pas de la noyade
  • Désignez un adulte responsable de leur surveillance qui doit être permanente lorsqu’ils jouent à proximité de l’eau, même s’ils portent des brassards

Pour vous-même :

  • Tenez compte de votre forme physique sans la surestimer : ne vous baignez pas si vous ressentez des frissons ou des troubles physiques
  • Baignez-vous dans des zones surveillées, où l’intervention des équipes de secours est plus rapide
  • Tenez compte des consignes de sécurité (drapeau vert, jaune ou rouge)
  • Évitez les repas trop copieux ou trop arrosés avant et pendant la baignade
  • En cas de malaise en eaux vives, ne luttez pas contre le courant et les vagues pour ne pas vous épuiser et allongez-vous sur le dos pour vous reposer et dégager vos voies respiratoires

"Apprendre à nager le plus tôt possible." Pour diminuer le risque de noyade, une des solutions est d'apprendre à bien nager : "les noyades accidentelles se produisent principalement suite à un malaise, à une imprudence ou tout simplement au fait de ne pas bien savoir nager. De manière générale, il est important d’apprendre à nager le plus tôt possible car mieux on sait nager et plus on a de chance d’éviter des noyades. C’est valable pour tous les âges", explique en effet le docteur François Bourdillon, directeur général de l'InVS et de l’Inpes. L’InVS met aussi en garde contre les différences de température : attention en effet à ne pas vous baigner dans une eau trop fraîche après avoir une longue exposition au soleil. Car dans ce cas, le corps risque de subir une hydrocution, qui peut provoquer malaise et arrêt cardiaque ou respiratoire. Pour écarter ce danger, rentrez progressivement dans l’eau et mouillez tête et nuque en premier.  

Lire aussi