Comprendre et éviter les perturbateurs endocriniens Quel danger pour les femmes enceintes ?

Les nouveau-nés sont particulièrement sujets aux effets des perturbateurs endocriniens puisque leur développement est en cours dans l'utérus mais aussi dans les mois qui suivent la naissance. 

Les foetus sont notablement
exposés pendant leur développement
intra-utérin.
© scaliger - Fotolia.com

Parmi les populations les plus à risque en ce qui concerne l’exposition aux perturbateurs endocriniens : les femmes enceintes. En effet, les fœtus sont directement exposés aux substances consommées et respirées par la femme enceinte, ou mises au contact de la peau maternelle. Le développement des fœtus étant essentiellement régulé par les hormones, le passage de perturbateurs endocriniens dans le placenta peut en modifier l’action. Résultat : des erreurs de développement conduisant à des malformations ou des pathologies peuvent survenir. Après la naissance, le nourrisson reste vulnérable car son développement n’est pas encore achevé. Le contact avec des perturbateurs endocriniens ou leur absorption par le biais du lait maternel peut donc également altérer la santé du nouveau-né. Par précaution, l’Anses publie dès 2011, une brochure d’information pour inciter les femmes enceintes à réduire leur exposition au bisphénol A.

Quelques conseils pratiques peuvent être adoptés par les femmes enceintes et allaitantes pour limiter l’exposition de leur bébé aux perturbateurs endocriniens :

  • Utiliser le moins possible de produits cosmétiques et de lotions pendant la grossesse et l’allaitement
  • Toujours choisir des produits sans parfum, et ne pas se parfumer pendant cette période
  • Préférer des produits bénéficiant d’un label écologique
  • Ne pas colorer ses cheveux pendant la grossesse ou l’allaitement
  • Laver les objets à destination du bébé : vêtements, tissus et jouets
  • Éviter l’usage quotidien de lotion ou de savon pour le bébé
  • N’acheter pour le bébé que des jouets répondants aux normes Françaises et conçus pour son âge. En effet, les jouets pour les enfants de plus de trois ans peuvent contenir des phtalates.

Sommaire